BFM Business

Quand Michou vire une Michette après un changement de sexe

Michou en 2016 célébrant son 85ème anniversaire et le 60ème anniversaire de son cabaret

Michou en 2016 célébrant son 85ème anniversaire et le 60ème anniversaire de son cabaret - AFP Joel Saget

SÉRIE D'ÉTÉ: LES STARS DANS LE PRÉTOIRE. Un transformiste du célèbre cabaret accuse Michou de l'avoir licencié après avoir changé de sexe pour devenir une femme.

Une Michette virée pour avoir changé de sexe? C'est, en tout cas, le motif qui a poussé un transformiste du célèbre cabaret Michou à saisir la justice. Pendant 16 ans, cet homme qui deviendra femme s'est produit sur scène, imitant le temps d'une chanson Brigitte Bardot ou Marilyn Monroe.

"Chez Michou, seuls les hommes peuvent être sur scène"

Parallèlement, il entame également le long protocole médical qui aboutira à son changement de sexe, entériné par l'état civil fin 2009. Une transformation qui visiblement ne passe pas auprès du patron du cabaret de la rue des Martyrs. "Michou a commencé un harcèlement moral suite au changement de sexe, car chez Michou, seuls les hommes peuvent se travestir et être sur scène. Ce harcèlement moral a duré des années dans le but de pousser ma cliente à la démission, ce qu'elle n'a pas fait", explique à BFM Business Me Maryline Lugosi, avocate du transformiste.

En pratique, le cabaret reproche au transformiste des imperfections dans ses performances sur scène, le peu de soins apporté à ses costumes et à son maquillage... et affirme qu'elle refuse de proposer un troisième numéro, pourtant prévu par son contrat. Les avertissements se multiplient.

"Michou veut me virer car je n'ai pas de talent"

Finalement, en octobre 2009, le transformiste est licencié pour faute grave, sans indemnités. Le cabaret lui reproche d'avoir, le soir du 2 octobre 2009, lancé au public à la fin du spectacle: "J'ai quelque chose à vous dire, je suis la seule artiste que Michou veut virer parce que je n'ai pas de talent".

L'artiste décide alors de saisir les Prud'hommes. Elle se dit victime de discrimination, et réclame environ 80.000 euros d'indemnités de licenciements et de de dommages et intérêts. Mais elle ne peut produire d'éléments pour étayer ses accusations de discrimination. Et les quelques témoignages avancés ne sont pas concluants. "Le harcèlement moral est toujours difficile à prouver", explique Me Lugosi, "les gens travaillant dans le cabaret se refusant à attester de peur de perdre leur travail". Les juges soulignent, par ailleurs, que l'artiste a continué à se produire pendant des années, alors que son changement d'identité sexuelle avait été engagé dès le début des années 90 et s'était achevée dès 2004 par "une transformation physique totale et irréversible".

10.000 euros d'indemnités

En revanche, les choses sont plus compliquées sur le respect du droit du travail. Si les juges écartent les accusations du cabaret Michou sur les mauvaises performances artistiques du transformiste, ils considèrent que la prise de parole à la fin du spectacle du 2 octobre 2009 est bien un manquement à son contrat: "le public n'a pas à être associé à l'occasion d'un spectacle aux difficultés rencontrées entre un employeur et son salarié", peut-on lire dans le jugement. Cet événement justifie, aux yeux des juges, un licenciement pour cause réelle et sérieuse, mais pas pour faute grave. En effet, cet incident unique est intervenu "à l'évidence sous l'emprise de l'émotion et de la fragilité personnelle d'une artiste ayant traversé une période difficile s'agissant de la reconnaissance d'une nouvelle identité sexuelle".

En juin 2012, le cabaret Michou a donc été condamné à verser les indemnités légales, soit environ 10.000 euros. Cette décision a été confirmée par la cour d'appel de Paris en 2014.

Contacté, l'avocat de Michou Philippe Azam n'a pas souhaité faire de commentaire.

Retrouvez les autres épisodes de la série ici.

Simon Tenenbaum