BFM Business

Quand les pros de la voyance s'attaquent aux escrocs de la profession

Les escroqueries dans la voyance sont nombreuses.

Les escroqueries dans la voyance sont nombreuses. - Paul J. Richards - AFP

Un cabinet d'avocat a lancé une plateforme de plaintes groupées. Des dizaines de milliers de personnes seraient victimes d'escroquerie à la voyance.

Les voyants ne pourront plus tirer les cartes n'importe comment. Un cabinet d'avocat, Panon-Fairbairm, à la demande de l'Institut national des arts divinatoires (Inad) , a décidé de lancer une plateforme de plaintes groupées pour les victimes de voyants escrocs, révèle Le Figaro. Une sorte de "class action" d'un genre nouveau.

Action Voyance permet à ceux qui ont été escroqués d'exposer leur cas. Les plaignants doivent payer entre 150 et 300 euros de droit d'entrée. Les avocats ne seront rémunérés qu'en cas de succès, à hauteur de 10% des indemnisations obtenues. "Il est plus facile d'obtenir gain de cause quand plusieurs personnes sont concernées", estime Maitre Stanislas Panon.

"Des montants colossaux"

Et les victimes sont nombreuses. "C'est un préjudice qui atteint des dizaines de milliers de personnes en France aujourd'hui et dont les montants sont colossaux puisque certaines victimes ont pu se faire dépouiller jusqu'à 200 à 300.000 euros", raconte Youcef Sissaoui, président de l'Inad.

D'après lui, il existe 50.000 voyants non déclarés en France, et seuls 10% qui pratiquent officiellement le feraient de manière sérieuse. Et les moyens d'escroquer sont nombreux : abus de faiblesse, de confiance, publicité mensongère, … Le Figaro donne l'exemple de victimes qui croient souscrire à une séance de voyance gratuite, ou à un euro. Donnant leur numéro de carte bancaire, elles se verront débiter de plusieurs centaines d'euros, voire de milliers d'euros.

D. L.