BFM Business

Pourquoi Bolloré transforme les profits de Canal Plus en pertes

Vincent Bolloré a volontairement dramatisé la situation de Canal Plus

Vincent Bolloré a volontairement dramatisé la situation de Canal Plus - Eric Piermont AFP

"La chaîne Canal Plus indique dans ses comptes sociaux avoir dégagé des bénéfices d'exploitation, et non des pertes comme annoncé par Vivendi. Étrange? Pas vraiment."

Qui croire? Le 18 février, à la surprise générale, Vivendi tirait la sonnette d'alarme sur les finances de sa filiale Canal Plus. Selon la maison mère, les chaînes Canal Plus auraient enregistré en 2015 une perte opérationnelle ajustée (Ebita) de 264 millions d'euros.

Mais l'examen des comptes sociaux de la Société d'Edition de Canal Plus (disponibles ci-dessous) montre l'inverse. Pour 2015, ces comptes ne font en effet pas apparaître des pertes, mais un bénéfice opérationnel ajusté (Ebita dans le jargon des comptables) de 100 millions d’euros, et un bénéfice d'exploitation de 64 millions d'euros...

La technique pour passer d'un bénéfice à une perte

Comment expliquer une telle différence? Apparemment, ce n'est pas un problème de définition ou de périmètre. En effet, les chaînes Canal Plus (dont parle Vivendi) ont réalisé un chiffre d'affaires de 1,74 milliard d'euros en 2015. De son côté, la Société d'édition de Canal Plus (qui, comme son nom l'indique, édite la chaîne cryptée) affiche un chiffre d'affaires quasi-identique (1,8 milliard d'euros).

C'est donc visiblement la manière de calculer le bénéfice qui diffère. Pour passer d'un bénéfice à une perte, Vivendi a apparemment imputé des coûts supplémentaires à la chaîne cryptée.

Un ancien de la maison l'explique ainsi: "Il y a beaucoup de coûts communs entre la chaîne Canal Plus et CanalSat: marketing, facturation, centres d'appels... Jusqu'à présent, ces coûts étaient répartis entre la chaîne Canal Plus et CanalSat à parts à peu près égales. Mais si tous ces coûts sont imputés uniquement sur la chaîne Canal Plus et aucun sur CanalSat, alors la chaîne Canal Plus tombe dans le rouge. C'est ce qu'a fait Vincent Bolloré".

Un triple intérêt pour Vincent Bolloré 

Reste un mystère: d'habitude, un chef d'entreprise essaye plutôt d'enjoliver la situation de ses sociétés, et non de la noircir délibérément. Pourquoi donc médiatiser ainsi des chiffres aussi mauvais?

Il s'agit sans doute de faire passer en interne le plan d'austérité drastique actuellement mis en place. Mais les analystes financiers pensent que ce discours dramatisant est aussi destiné à l'externe. En effet, Vincent Bolloré a actuellement besoin du soutien de l'Autorité de la concurrence, qui doit donner son feu vert à son accord avec beIN Sports. "Ce discours anxiogène a des chances d'émouvoir le régulateur, ce qui maximisera les chances de Canal Plus d'arriver à ses fins", écrivent les analystes d'Oddo.

"Mettre en avant des pertes élevées présente l'avantage de mettre Vivendi dans une meilleure position vis-à-vis du gendarme de la concurrence dans l'examen de l'accord avec beIN Sports. Présenter des pertes massives fait partie du jeu pour convaincre les autorités compétentes d'autoriser l'accord avec beIN Sports", abonde BNP Paribas.

Et ce n'est qu'une première étape. Le nouveau patron de Vivendi et de Canal Plus compte ensuite revoir ses investissements dans le cinéma français, et devra aussi le justifier par des mauvais résultats chez Canal Plus...

Formule mathématique

Interrogé, la chaîne cryptée a répondu que le résultat de la société d'exploitation de Canal Plus ne reflète pas la réalité de l'exploitation de la chaîne. En effet, depuis 2000, le résultat opérationnel est impacté par le versement au Groupe Canal Plus d'une commission de distribution. Et le montant de cette commission (et donc le résultat opérationnel) sont encadrés par une formule fixée à l'avance, précise la chaîne.

Toutefois, notons que le résultat d'exploitation avant versement de cette commission n'est, pour sa part, pas encadré à l'avance, et reflète donc bien les performances d'exploitation. En 2015, il était bénéficiaire de 80 millions d'euros. 

Les résultats des chaînes Canal Plus (en millions d'euros)

Société d'édition de Canal Plus
Chiffre d'affaires
2014: 1868
2015: 1802

Résultat opérationnel ajusté (EBITA) avant commission de distribution
2014: +212
2015: +116

Résultat opérationnel ajusté (EBITA) après commission de distribution 2014: +159
2015: +100

Résultat d'exploitation avant commission de distribution
2014: +157
2015: +80

Résultat d'exploitation après commission de distribution
2014: +108
2015: +64 

Source: comptes sociaux de la SECP

Les chaînes Canal Plus 
Chiffre d'affaires 
2014: 1779
2015: 1743

Résultat opérationnel ajusté (EBITA)
2014: -188
2015: -264

Source: Vivendi

Les mystérieuses additions de Vincent Bolloré

Le 21 avril, Vincent Bolloré a donné pour la première fois la décomposition des résultats du Groupe Canal Plus branche par branche, dans un email aux salariés et en assemblée générale. Selon l'industriel breton, les chaînes Canal Plus ont perdu -250 millions d'euros en 2015, et iTélé -20 millions, tandis que StudioCanal engrangeait +50 millions d'euros de bénéfices,  CanalSat +250 millions, et l'international +250 millions. Si l'on additionne tous ces chiffres, on obtient pour le groupe un bénéfice de seulement +280 millions d'euros.

Problème: c'est très inférieur au bénéfice du groupe figurant dans les comptes de Vivendi: +542 millions d'euros de bénéfice opérationnel courant et +454 millions d'euros de bénéfice opérationnel ajusté (Ebita). 

Jamal Henni