BFM Business

Pierre et Vacances voit "la lumière au bout du tunnel" pour le tourisme français cet été

Sur BFM Business, Yann Caillère, directeur général du groupe Pierre & Vacances-Center Parcs salue les mesures de soutien au secteur présentées par le gouvernement. Et constate un redémarrage des réservations.

Un plan Marshall de 18 milliards d'euros pour le tourisme: le gouvernement a sorti les grands moyens pour soutenir le secteur du tourisme particulièrement touché par la crise du coronavirus et le confinement des économies. Un plan qui semble rassurer la profession, à l'image de Yann Caillère, directeur général du groupe Pierre & Vacances-Center Parcs.

"On voit en effet de la lumière au bout du tunnel", se félicite ce vendredi le responsable sur BFM Business. "On a eu un plan ambitieux, maintenant on commence à avoir des dates qui commencent à se dessiner. D'ailleurs on commence à voir des réservations qui accélèrent, d'autant plus que notre engagement (demandé par le gouvernement à tous les acteurs du tourisme, NDLR) c'est quand même de pouvoir annuler rapidement, (...) c'est à dire flexibilité maximum". 

"Ce qui est perdu est perdu"

Et de poursuivre: "il y a avait trois critères qu'on a mis en avant: la flexibilité (...), rassurer (les clients) au niveau de tout ce qui est sanitaire, c'était primordial. (...) On a des protocoles, des labels. (...) Et le 3e point c'est l'offre, mettre en avant notre offre qu'on a adaptée. (...) Je dirais quelque part qu'on va permettre aux Français de redécouvrir la France vraiment avec tous ses bons côtés".

Pour autant, si le groupe espère tirer son épingle du jeu cet été, en étant positionné sur le marché local avec des maisons en location notamment, ce que les Français vont chercher en priorité, le dirigeant estime qu'il sera impossible de rattraper ce qui a été perdu en mars et en avril.

"Contrairement à d'autres (activités), ce que vous n'avez pas vendu aujourd'hui, vous ne pouvez pas le vendre deux fois demain. Donc, ce qui est perdu est perdu", se désole Yann Caillère.

Olivier Chicheportiche