BFM Business

Pierre et Vacances dans le rouge pour la première fois depuis 1999

Selon le PDG du groupe touristique et immobilier, les réservations hivernales se portent bien.

Selon le PDG du groupe touristique et immobilier, les réservations hivernales se portent bien. - -

Le groupe enregistre une perte nette annuelle de 27 millions d’euros et prévoit, en conséquence, un plan de réduction des coûts.

Pour la première fois depuis sa cotation, en 1999, les comptes de Pierre et Vacances sont dans le rouge. Le groupe de résidences de tourisme a publié, mercredi 5 décembre, une perte annuelle de 27,4 millions d'euros. Un résultat que les marchés ont sanctionné, ce jeudi, le titre Pierre et Vacances cédant 3% à la Bourse de Paris, à la mi-séance.

En conséquence, la société a annoncé un plan de réduction des coûts, pour économiser 33 millions d’euros dès le prochain exercice. Il doit conduire à la suppression de 195 emplois, via des départs volontaires. Autre décision: Pierre et Vacances a récemment engagé une nouvelle directrice générale, en la personne de Françoise Gri, auparavant PDG de ManPower France.

Pour 2013, le groupe de résidences de tourisme n’a désormais qu’un seul objectif : le retour à la rentabilité. Dans cette dernière optique, Gérard Brémont, qui occupe la fonction de PDG en attendant que Françoise Gri prenne ses fonctions de directrice générale, est confiant.

Interviewé par BFM Business, il note que pour l’année prochaine, les perspectives sont encourageantes. "La "montagne" [les réservations hivernales, NDLR] marche bien, nous sommes même en avance par rapport à l’an passé. Les Center Parcs en Hollande et en Allemagne sont également en croissance", dit-il.

La reconquête des bénéfices

Une bonne tendance sur la période de fin d’année "qu’il est important pour nous de constater, car il s’agit d’un des enjeux pour aller à la reconquête de la rentabilité pour 2013", explique-t-il.

Le PDG de Pierre et Vacances souligne aussi que sur le premier semestre de l’exercice 2012-2013, son groupe est actuellement"en croissance de prises de commandes par rapport à l’année dernière".

Pour Gérard Brémont, cette croissance "est, dans un contexte économique difficile en Europe, révélateur de la pertinence de notre offre en terme d’efficacité commerciale et de productivité".

Reste à savoir si cette bonne tendance se confirmera et permettra au groupe de ramener ses comptes dans le vert l’an prochain.

BFM Business