BFM Business

News of the World: ouverture du procès des écoutes

David Coulson, ex-conseiller en communication du Premier ministre britannique David Cameron, est sur le banc des accusés au procès du scandale des écoutes de News of the World.

David Coulson, ex-conseiller en communication du Premier ministre britannique David Cameron, est sur le banc des accusés au procès du scandale des écoutes de News of the World. - -

Le procès du scandale des écoutes illégales dans la presse britannique s'ouvre, ce lundi 28 octobre, à Londres. L'affaire, devenue publique en 2011, concerne notamment un proche de David Cameron, qui se retrouve sur le banc des accusés.

C'est un procès retentissant qui s'ouvre ce lundi 28 octobre à Londres, celui des écoutes téléphoniques du tabloïd News of the World. Elle avait ébranlé la scène politico-médiatique britannique.

L'affaire, aux nombreuses ramifications, avait touché à la fois Scotland Yard, David Cameron et Rupert Murdoch, le magnat des médias, propriétaire du journal à scandale. Tous les ingrédients d'un incroyable thriller sont réunis. Des policiers corrompus, des journalistes sans foi ni loi et le patron d'une multinationale à la morale douteuse.

Le scandale des écoutes de News of The World éclate il y a deux ans quand sont révélés les pratiques du tabloïd. Le journal a versé des pots de vin à des policiers et a mis sur écoute des milliers de personnalités pour obtenir des scoops.

Des dizaines de journalistes arrêtés

Tout le monde est touché : des membres de la famille royale, des stars ou des victimes de faits divers, dont la messagerie est piratée même après leur décès.

Immédiatement, le patron de Scotland Yard démissionne, Rupert Murdoch fait stopper la publication de News of the World, des dizaines de journalistes sont arrêtés. Deux personnages se retrouvent au cœur de la tourmente : Rebekah Brooks, directrice du journal et David Coulson, ex rédacteur en chef du tabloïd et un temps conseiller de David Cameron.

Qui était au courant des écoutes ? C'est la question centrale du procès qui s'ouvre ce lundi.

Simon Tenenbaum