BFM Business

Musées, expositions, opéra: vers une augmentation des prix

En 2012, il fallait débourser entre 5 à 180 euros pour assister à un opéra au Palais Garnier.

En 2012, il fallait débourser entre 5 à 180 euros pour assister à un opéra au Palais Garnier. - -

En raison d'une baisse des subventions, les musées nationaux devraient relever le prix des billets d'entrée. L'Opéra de Paris a, lui, décidé de mettre en place une grille tarifaire modulaire en fonction de l'affluence.

Il n'y a pas que le timbre ou le tabac qui augmentent en ce début 2014. Les places les plus chères (catégorie 1, 2 et 3) à l'Opéra de Paris vont, elles aussi, voir leur prix relevé en moyenne de 10%, après 3 saisons sans augmentation. La décision a été prise à l'unanimité lors du conseil d'administration qui s'est tenu le 16 décembre, révèle le Figaro ce 6 janvier.

L'établissement public a choisi d'appliquer une grille modulaire en fonction de l'affluence : pour les représentations des vendredis et samedis soirs, très prisées, l'augmentation s'élèvera à 20%, tandis que pour celles des lundis soirs et des samedis en matinée, les places seront vendues 20% moins chères. Quant au principe de la "démocratisation culturelle" il sera préservé puisque les places des catégories 4, 5, 6 seront épargnées par cette hausse.

Cette nouvelle stratégie tarifaire est destinée à compenser la baisse des subventions accordées par l'Etat. L'Opéra de Paris est le premier grand établissement culturel à avoir entériné cette démarche. Mais il ne sera pas le seul. Selon le quotidien, plusieurs musées célèbres ont récemment fait des demandes auprès de Bercy et du ministère de la Culture pour, eux aussi, réévaluer le prix des entrées.

Flambée des prix des assurances

Parmi eux, le Louvre qui doit s'accommoder d'une subvention de l'Etat de 91 millions millions pour 2014, en baisse de 2,5 % par rapport à l'année passée. Mais le musée tire un peu plus de la moitié de ses recettes de la billetterie : une augmentation d'un ou deux euros par entrée lui permettrait donc largement de compenser ce recul des subventions et aussi faire face aux 70 millions d'euros sur 4 ans que nécessitent les travaux de réaménagement de la Pyramide.

Selon les responsables des musées, cette hausse aurait peu d'impact sur la fréquentation, d'autant qu'à l'étranger ou dans d'autres manifestations culturelles, les prix sont nettement plus élevés. Il n'y a qu'à voir le succès rencontré par la Fiac auprès du grand public, malgré le billet à 35 euros.

"Longtemps on a calé l'entrée des expositions sur le billet de cinéma, soit environ 8 à 10 euros", explique au Figaro Valérie Vesque-Jeancard, directrice générale déléguée à la Réunion des musées nations-Grand Palais ."Mais les coûts d'assurances pour les transports d'œuvres ont flambé, et en 2014, nous serons plus proches de 12 ou 15 euros", détaille-t-elle.

Reste que certains tarifs réduits pourraient être développés, là aussi en fonction de l'affluence ou pour les billets proposés en pré-vente sur internet.

C.C.