BFM Business

Liverpool va-t-il passer sous pavillon chinois?

Le club anglais de Liverpool est la cible d'une offre publique d'achat.

Le club anglais de Liverpool est la cible d'une offre publique d'achat. - Lachlan Cunningham - AFP

Le club anglais serait la cible d'une OPA menée par China Everbright, un investisseur soutenu par le principal fonds souverain chinois. Le montant serait de 800 millions de livres.

Liverpool est la cible d'une offre publique d'achat (OPA) soutenue par le gouvernement chinois. Le montant s'élèverait à hauteur de 800 millions de livres (924 millions d'euros), selon l'hebdomadaire britannique The Sunday Times. L'OPA est menée par China Everbright, un investisseur soutenu par le principal fonds souverain chinois, le China Investment Corporation (CIC), précise le journal, et les pourparlers avec les propriétaires américains du Fenway Sports Group (FSG), qui avait acheté le club en 2010 moyennant 300 millions de livres (346 millions d'euros), seraient déjà en cours.

Interrogée par l'AFP, une source issue du club anglais affirme toutefois que FSG n'est entré en discussion avec personne et n'a reçu aucune offre de rachat à ce stade bien que Liverpool soit ouvert à un investissement extérieur.

Birmingham City en discussions

Vendredi le président des Reds, Tom Werner, avait déclaré que le club n'était "pas à vendre", mais avait admis que FSG était ouvert à l'idée de céder des parts.

Ce n'est pas la première fois ces derniers mois que des fonds chinois tentent de telles opérations. Plus tôt en août, West Bromwich Albion avait annoncé avoir trouvé un accord de vente avec le groupe d'investissement dirigé par l'homme d'affaire chinois Guochuan Lai.

Wolverhampton et Aston Villa ont de leur côté été achetés réciproquement par Fosun International et le conglomérat Recon, propriété de l'homme d'affaires Tony Xia. Birmingham City est également en discussions avec des investisseurs asiatiques, qui souhaitent racheter le club à l'homme d'affaires de Hong Kong, Carson Yeung, emprisonné en 2014 pour blanchiment d'argent.

En décembre dernier, c'est Manchester City qui avait annoncé un investissement de 375 millions d'euros (265 millions de livres à l'époque) émanant du consortium chinois CMC.

D. L. avec AFP