BFM Business

Les touristes continuent d’affluer à Disneyland

Disneyland a vu son chiffre d'affaires progresser de 4% au troisième trimestre.

Disneyland a vu son chiffre d'affaires progresser de 4% au troisième trimestre. - -

Le parc d’attractions parisien a publié ce mardi 7 août un chiffre d'affaires en hausse de 4% au troisième trimestre. Ce bon résultat est dû à une augmentation de la fréquentation des parcs et des dépenses des visiteurs.

Le mauvais temps qui a régné sur l'Ile-de-France ces derniers mois n'a pas découragé les fans de Mickey. La société Euro Disney a ainsi vu son chiffre d’affaires pour le troisième trimestre grimper de 4% à 358 millions d’euros, selon un communiqué publié ce mardi 7 août.

D’après le groupe, ce bon indicateur est lié directement aux célébrations du vingtième anniversaire d’Euro Disney. Ces festivités "ont contribué à la croissance de notre chiffre d’affaires, dans un contexte économique toujours incertain", observe Philippe Glas, président d’Euro Disney SAS.

Ce chiffre est également tiré par une hausse de la fréquentation des parcs (+2%). Les Français et les Belges ont ainsi été plus nombreux à venir saluer Mickey et consorts. Le groupe souligne également que ces visiteurs ont, en moyenne, augmenté leurs dépenses au troisième trimestre 2012.

Une performance encourageante pour l'avenir

Euro Disney enregistre une moins bonne performance au niveau de ses hôtels. Leur fréquentation a diminué de 2,9%, ce qui représente 15 000 nuitées en moins, sur un an. Euro Disney justifie ce mauvais résultat par la baisse du nombre de visiteurs espagnols et néerlandais séjournant dans les hôtels du groupe, ainsi que par une réduction des activités de tourisme d’affaires.

Ces résultats rendent Philippe Glas confiant: "Malgré un comportement plutôt attentiste des consommateurs, nous pensons que la performance du troisième trimestre marque une tendance encourageante", affirme-t-il.

A la Bourse de Paris, le titre Euro Disney était en forte hausse, à plus de 8% à la mi-séance.

Karine Vergniol et BFMbusiness.com