BFM Business

Le tourbillon de rachats de médias se poursuit

De nombreux rachats se font dans les journaux actuellement.

De nombreux rachats se font dans les journaux actuellement. - Pierre Verdy - AFP

Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton ont décidé de créer un fonds. Baptisé Media One, il servira à racheter des médias.

Les médias ont la cote. Le patron de Free, Xavier Niel, son allié le banquier Matthieu Pigasse et le producteur télé Pierre-Antoine Capton, ont créé un fonds qui réunira d'emblée 300 à 500 millions d'euros pour racheter des médias, selon le Figaro lundi. Baptisé Media One, ce fonds d'un genre nouveau, un SPAC (Special Purpose Accurancy Company) devrait être côté en Bourse de Paris en novembre ou décembre, après avoir levé des fonds auprès d'investisseurs professionnels. Les trois fondateurs mettront quelques millions d'euros chacun et Pierre-Antoine Capton en prendra la direction opérationnelle, selon le Figaro.

Xavier Niel et Matthieu Pigasse s'intéressent déjà de près aux médias: ils ont ensemble, avec Pierre Bergé, racheté le groupe Le Monde et Le Nouvel Observateur, devenu L'Obs. Pierre-Antoine Capton a fondé Troisième Oeil Productions, première société de production indépendante française, qui réalise la quotidienne sur France 5 "C à vous" ou encore "Zemmour et Naulleau" sur Paris Première, avec une quarantaine de millions d'euros de chiffre d'affaires.

De nombreux rachats

Cette initiative s'inscrit dans la suite des nombreux rachats de médias en France. Comme Patrick Drahi (Numéricable-SFR) qui a acquis Libération, L'Express et BFMTV, avec de grandes ambitions à l'international. Ou encore Vincent Bolloré qui a pris le contrôle de Vivendi (Canal+) et a également de grandes visées dans les médias, sans oublier des pure players comme Webedia et des acteurs historiques comme Le Figaro qui va racheter pour 110-120 millions le poids-lourd de l'internet CCM Benchmark.

Selon Le Figaro, le nouveau fonds investira 75% des montants dans l'acquisition d'une première cible de taille, puis procédera à d'autres acquisitions, afin de constituer en quelques années un groupe médias français de taille européenne, capable de rivaliser avec les Vivendi, Springer ou Bertelsmann.

D. L. avec AFP