BFM Business

Le Palais omnisports de Bercy change de nom

La salle parisienne s'appellera bientôt "Accorhotels Arena POPB".

La salle parisienne s'appellera bientôt "Accorhotels Arena POPB". - Wikimedia Commons

L’enceinte parisienne va être rebaptisée "Accorhotels Arena POPB", en vertu d'un contrat de "naming". Le Conseil de Paris a approuvé cette décision, qui devrait rapporter un million d’euros à la capitale.

Accor Hôtels Arena POPB. C'est le nouveau nom du Palais Omnisports de Paris-Bercy, qui doit rouvrir ses portes mi-octobre après 20 mois de travaux. Le contrat de "naming"a passé l'épreuve du Conseil de Paris ce lundi, malgré la vive opposition des élus communistes, du Parti de gauche et des Verts.

C'est la première fois qu'un groupe hôtelier de dimension internationale affiche son nom sur une enceinte sportive Ni Marriot, ni Intercontinental, ni Starwood n'ont encore osé. Le contrat entre le groupe hôtelier AccorHotels et la société gestionnaire de l'enceinte sportive, la SAE POPB (société d'économie mixte de la Ville de Paris), devrait rapporter 4,15 millions d'euros par an hors taxe à cette dernière, dont 3,35 millions au titre du naming stricto sensu. La Ville percevra 30% de cette somme, soit un million d'euros.

De nombreuses passerelles possibles

Mais Accor devrait également y trouver son compte. Le Palais Omnisport accueille en effet plus de 200 spectacles chaque année et surtout sa clientèle est à 65% étrangère. Accor Hôtel pense déjà aux passerelles possibles: proposer des packages hôtels- billets par exemple, ou offrir à ses 23 millions de membres porteurs d'une carte Accor des services exclusifs comme l'ouverture de la billetterie 48 heures avant les autres.

Une opération qui s'inscrit dans la continuité de son plan digital. Désormais, le groupe ne veut plus seulement vendre des nuitées mais être présent tout au long du séjour de ses clients. Le partenariat, de son côté, sera signé le 8 octobre pour une durée de dix ans, avec une option de prolongation de cinq ans renouvelable une fois.

Hélène Cornet avec AFP