BFM Business

Le gouvernement débloque 80 millions d'euros pour la filière navale

Arnaud Montebourg a annoncé le déblocage de 80 millions d'euros supplémentaires pour la filière navale, jeudi 14 mars.

Arnaud Montebourg a annoncé le déblocage de 80 millions d'euros supplémentaires pour la filière navale, jeudi 14 mars. - -

Arnaud Montebourg a annoncé, jeudi 14 mars, le déblocage de 80 millions d'euros supplémentaires, issus du Grand emprunt, pour l'innovation dans la filière navale.

Alors que le Preziosa, plus grand paquebot d'Europe, s'apprête à prendre la mer, le gouvernement souhaite maintenir la filière navale à flots.

En visite à Saint-Nazaire, jeudi 14 mars, Arnaud Montebourg a ainsi annoncé le déblocage de 80 millions d'euros, qui seront consacrés à l'innovation dans ce domaine. Et ce en plus des 20 millions déjà prévus. Une manne issue du Grand emprunt, a-t-il précisé.

"Il y a 20 millions déjà engagés et 80 millions qui viennent d'être rouverts: on l'a annoncé aujourd'hui et ils vont donner lieu à un appel à projet de manifestation d'intérêt de la filière", a déclaré le ministre du Redressement productif, à l'issue d'un comité stratégique de la filière navale. Il a précisé qu'il souhaitait faire cet appel à projet "dans les semaines, mois qui viennent".

>> A lire aussi: Chantiers navals de Saint-Nazaire: 150 ans entre prospérité et crise

"Tout le monde sait où on va"

Cette initiative gouvernementale provient du fait que "certains projets avaient été rejetés lors du précédent appel d'offres sur les 20 millions, ils pourront revenir avec plus de maturité, des modifications", selon le ministre.

"Le gouvernement fixe des caps technologiques, l'ensemble de la filière s'unit autour de ces caps, tout le monde sait où on va, tout le monde est uni autour de ces orientations: c'est comme ça que, filière après filière, nous sommes en train de construire les grands programmes du renouveau industriel français, comme à l'époque post gaulliste", a souligné Arnaud Montebourg. Avant de conclure: "à l'époque ça marchait, pourquoi ça ne marcherait pas maintenant".

Y.D.