BFM Business

Le dernier crêpage de chignon entre  TF1 et M6 

 Les deux chaînes vont lancer des émissions sur un concept similaire : remettre sur pied un salon de coiffure.

Les deux chaînes vont lancer des émissions sur un concept similaire : remettre sur pied un salon de coiffure. - Philippe Huguen - AFP

Les deux chaînes privées se livrent une bataille acharnée sur un concept d'émission identique: sauver un salon de coiffure en péril. TF1 dégaîne en premier avec Mon salon de coiffure en péril diffusé à 17 heures.

La guerre des programmes télévisés est toujours bien vivace entre TF1 et M6. Les deux premières chaînes privées de France rivalisent de nouveauté en ce moment pour maintenir leurs audiences. Mais il n'est pas toujours facile de faire dans l'originalité.

Résultat : des concepts d'émission très proches sont dans les cartons des deux concurrentes. Le nouveau champ de bataille de TF1 et M6: les salons de coiffure.

Et sur ce nouveau créneau l'avantage va à la première chaîne: la Une a devancé M6 en annonçant cette semaine le lancement de "Mon salon de coiffure est en péril": une émission où l'on verra un célèbre coiffeur tenter de remettre sur les rails des salons en difficulté, à partir de ce samedi 21 février à 17 heures

Les coiffeurs après le plongeon

TF1 prend de cours M6 qui, il y a quelques jours, avait confirmé travaillé sur "Cauchemar au salon" avec un principe totalement identique. M6 a confié les commandes de l'émission à Sarah Guetta, une coiffeuse en vogue chez les célébrités.

Ce n'est pas la première fois que les deux chaînes se retrouvent dans ce genre de situation. En 2013, M6 avait travaillé sur un concours de plongeon acrobatique, mais c'est TF1 qui, déjà, avait dégaîné la première avec Splash.

Les deux concurrentes se sont également livrés, l'an dernier, la guerre des restaurants, avec d'un côté "L'addition s'il vous plait" et de l'autre "Mon bistrot préféré". Deux émissions lancées le même jour, et, pire, avec le même candidat, un restaurateur du sud de la France doté d'un exceptionnel don d'ubiquité.

Simon Tenenbaum