BFM Business

Le crowdfunding au secours d'Orson Welles

La sortie du film est annoncée pour cette année

La sortie du film est annoncée pour cette année - Indiegogo

Une campagne de financement participatif a été lancée sur le site Indiegogo afin d'achever le dernier film du réalisateur américain.

"Si le crowdfunding existait dans les années 70, je pense qu'Orson Welles l'aurait utilisé", affirme le producteur Filip Jan Rymsza. C'est en effet assez probable, car le réalisateur américain tirait toujours le diable par la queue pour financer ses films.

Faute d'argent, il n'a pu achever avant son décès en 1985 The other side of the wind, tourné entre 1970 et 1976. 

Lever 2 millions de dollars

Trois producteurs -Frank Marshall, Filip Jan Rymsza et Jens Koethner Kaul- tentent depuis 2008 de finir ce film mythique. Le 6 mai -jour du centenaire de la naissance d'Orson Welles-, ce trio a lancé une campagne sur le site américain de financement participatif Indiegogo. Objectif: lever 2 millions de dollars pour financer le montage, la post-production et la musique. La campagne dure jusqu'au 14 juin. A ce jour, elle n'a réuni que 223.124 dollars...

Prudemment, le trio annonce juste que le film pourrait sortir cette année, qui marque donc le centenaire de la naissance du légendaire réalisateur. Aucune date plus précise n'est avancée. Chat échaudé craint l'eau froide: initialement, le trio espérait pouvoir sortir le film pour le 6 mai, et le présenter au festival de Cannes. Finalement, le producteur Filip Jan Rymsza est bien venu à Cannes, mais juste pour présenter à la presse le projet...

Film maudit

Ce n'est pas la première fois qu'on essaie d'achever ce film maudit. Une première tentative avait eu lieu il y a plus de 10 ans, financée par la chaîne américaine Showtime.

Las! Elle avait buté sur la question complexe des droits sur le film, que plusieurs intervenants se disputaient. D'une part, Oja Kodar, dernière compagne d'Orson Welles, qui l'a couchée sur son testament comme légataire du film. D'autre part, Beatrice Welles, fille du réalisateur, et à ce titre héritière des droits d'auteur selon le droit français. Mais aussi le producteur du film, les Films de l'Astrophore, petite société française qui appartenait au beau-frère du chah d'Iran... Sans compter le réalisateur américain Peter Bogdanovitch, qui joue dans le film, et qui assure qu'Orson Welles l'avait chargé de le terminer... Et il faut ajouter à cela l'inimitié entre Oja Kodar, Beatrice Welles et Peter Bogdanovitch...

Mais, après des années de patience et de diplomatie, la société de Filip Jan Rymza, Royal Road Entertainement, a fini par acquérir les droits du film.

Critique d'Hollywood

Le tournage avait déjà coûté 2 millions de dollars de l'époque, soit l'équivalent de 10 millions de dollars d'aujourd'hui. Le casting réunit plusieurs stars aujourd'hui disparues: Dennis Hopper, Lili Palmer, Mercedes McCambridge, Susan Strasberg et John Huston. Ce dernier tient le rôle principal du film, celui d'un réalisateur légendaire qui essaie désespérément d'achever un film d'avant garde critique sur Hollywood... Un scénario visiblement autobiographique!

Jamal Henni, à Cannes