BFM Business

Le cinéma plus que chouchouté dans le budget 2017

Audrey Azoulay sur le stand du CNC lors du festival de Cannes

Audrey Azoulay sur le stand du CNC lors du festival de Cannes - Eric Bonté, ministère de la culture

L'an prochain, les subventions distribuées par le Centre national du cinéma augmenteront de 35 millions d'euros, soit une hausse de 7%. Elles retrouveront ainsi leur niveau de 2011.

En février, François Hollande a nommé Audrey Azoulay rue de Valois pour renouer avec les milieux culturels en vue de 2017. Depuis, la ministre de la Culture s'acquitte de cette tâche avec soin. Le budget 2017 est en une nouvelle illustration, particulièrement celui des subventions au cinéma. Un secteur que la ministre connaît bien, car elle a travaillé de 2006 à 2014 au Centre national du cinéma (CNC). 

Pour 2017, le bras armé de l'Etat dans le 7ème Art projette de distribuer pas moins de 707 millions d'euros de subventions, un niveau qui n'avait plus été atteint depuis 2011. Cela représente une hausse de 35 millions d'euros (+7%) par rapport à l'année précédente. "Cette hausse du budget permettra d'accompagner la croissance du volume de production", indique le ministère de la Culture dans son dossier de presse. En clair: de produire encore plus de films, alors que pourtant la France est déjà à un niveau record. On se demande donc s'il était bien nécessaire d'arroser encore plus de subventions un secteur qui en a moins besoin que d'autres...

Et de toutes façons, ces subventions dépasseront très probablement le montant prévu. Le CNC présente en effet chaque année un budget avec des dépenses minorées, et distribue systématiquement bien plus d'argent que prévu (cf. ci-dessous). 

Budget minoré

Rappelons que le CNC est financé par des taxes sur les entrées en salles de cinéma, les DVD, les accès internet et les chaînes de télévision. De ce côté là aussi, le centre a la fâcheuse tendance à minorer ses recettes pour paraître plus pauvre que prévu. C'est encore ce qui s'est passé en 2015: les taxes ont finalement rapporté 35 millions d'euros de plus que prévu. Ce qui a permis de ne pas toucher à l'opulente cagnotte gardée en réserve (615 millions d'euros).

Notons toutefois que les taxes encaissées, après avoir un plus haut en 2011, sont ensuite reparties à la baisse, en raison de la baisse des versements des chaînes de télévision et des opérateurs télécoms.

Les chiffres clés du CNC (en millions d'euros)

Dépenses de soutien distribuées
2011: 750 (budget) / 731 (réalisé)
2012: 701 (budget) / 770 (réalisé)
2013: 700 (budget) / 783 (réalisé)
2014: 700 (budget) / 773 (réalisé)
2015: 663 (budget) / 765 (réalisé)
2016: 672 (budget)
2017: 707 (budget)

Rendement des taxes
2008: 528 (budget) / 532 (réalisé)
2009: 541 (budget) / 611 (réalisé)
2010: 576 (budget) / 754 (réalisé)
2011: 750 (budget) / 806 (réalisé)
2012: 701 (budget) / 749 (réalisé)*
2013: 700 (budget) / 688 (réalisé)
2014: 700 (budget) / 665 (réalisé)
2015: 630 (budget) / 665 (réalisé)
2016: 633 (budget)
2017: 671 (budget)

...dont taxe sur les accès internet et Canal Plus (TST-D)
2008: 94 (réalisé)
2009: 167 (réalisé)
2010: 278 (réalisé)
2011: 267 (budget) / 322 (réalisé)
2012: 229 (budget) / 279 (réalisé)*
2013: 247 (budget) / 223 (réalisé)
2014: 271 (budget) / 229 (réalisé)
2015: 201 (budget) / 217 (réalisé)
2016: 201 (budget)
2017: 217 (budget)

source: CNC

Trésorerie
Fin 2007: 297
Fin 2008: 320
Fin 2009: 399
Fin 2010: 604
Fin 2011: 800
Fin 2012: 872
Fin 2013: 751
Fin 2014: 620
Fin 2015: 615

Source: BFM Business, rapports annuels de performance (RAP)

*en 2012, le rendement de la TST-D avait été écrété, et le CNC a donc dû reverser le surplus engrangé (50 millions d'euros) au budget général

Jamal Henni