BFM Business

La Reine des Neiges fait la fortune de Disney

La Reine des Neiges va tirer les revenus de Walt Disney pendant au moins 5 ans.

La Reine des Neiges va tirer les revenus de Walt Disney pendant au moins 5 ans. - Allociné

Le bénéfice de Walt Disney a augmenté de 19% sur les trois derniers mois de 2014. Et cela est en grande partie dû à un dessin animé sorti en 2013.

Walt Disney a dévoilé, mardi 3 février, à Wall Street ses résultats trimestriels. Sur les trois derniers mois de 2014, premier trimestre de son exercice décalé, le géant américain des médias et du divertissement a augmenté son bénéfice net de 19%, à 2,18 milliards de dollars, et son chiffre d'affaires de 9% à 13,39 milliards. Le bénéfice par action, très regardé à Wall Street, a dépassé de 20 cents la prévision moyenne des analystes, à 1,27 dollar.

Des résultats qui profitent encore de la sortie fin 2013 de la Reine des Neiges ! Et ce n'est pas fini puisque cette aventure va tirer les revenus de Walt Disney pendant au moins 5 ans. Voilà le pronostic du PDG du géant américain. Le film a rapporté plus d'1,2 milliard de dollars au box-office. Un record pour un dessin animé, d'autant plus profitable que les coûts des fabrications du film n'ont rien avoir avec les autres blockbusters du moment comme Avengers.

La BO vendue à des millions d'exemplaires

Et l'exploitation ne fait que commencer. La bande originale du film s'est vendue à des millions d'exemplaires, grâce à l'hymne "Libérée, délivrée".

Et les produits dérivés apportent leur lot de revenus. A Noël, les figurines Reine des Neiges se sont mieux vendues que les poupées Barbie et 3 millions de costumes de princesse ont été écoulés. A cela s'ajoute des dentifrices, des robes de mariées estampillées Reines de Neige. La marque va encore se décliner avec un spectacle de patinage artistique, une comédie musicale et, évidemment, une nouvelle attraction dans les parcs Disney.

Le court métrage "Frozen Forever" dans lequel les personnages du dessin animé feront leur retour le 13 mars devrait en plus donner un nouvel élan aux ventes.

Simon Tenenbaum avec BFMbusiness