BFM Business

La Ligue de football attaque Numericable

Les pertes de Cfoot ont été estimées à 15 millions d'euros

Les pertes de Cfoot ont été estimées à 15 millions d'euros - -

La LFP réclame 4,1 millions d'euros au câblo-opérateur devant le tribunal de commerce de Nanterre.

En mai 2012 s'arrêtait Cfoot, l'éphémère chaîne de la Ligue de football professionnel (LFP), qui aura diffusée la Ligue 2 durant moins d'un an sur la TNT payante.

Près d'un an après, la LFP a attaqué en justice Numericable, qui était un des distributeurs de Cfoot. Elle réclame au cablo-opérateur 4,1 millions d'euros de dommages devant le tribunal de commerce de Nanterre. Motif: le câblo-opérateur aurait "abusé de sa position dominante et manqué à ses obligations de non-discrimination".

Précisément, la LFP estime que les reversements perçus par Numericable étaient trop faibles, notamment par rapport à ceux versés aux autres chaînes de sport.

Lourdes pertes

La plainte de la LFP surpend à plus d'un titre, notamment car elle intervient près d'un an après l'arrêt de Cfoot, et car Numericable n'a jamais été jugé en position dominante par personne...

Visiblement, la LFP cherche à éponger les pertes subies dans cette débâcle. En effet, Cfoot n'avait officiellement conquis que 400.000 abonnés, chacun payant 3,99 euros par mois TTC. Pas de quoi équilibrer un budget annuel de 30 millions d'euros, dont 12 millions pour la seule diffusion. Les pertes ont été estimées à 15 millions d'euros par an.

Contre-feu

Mais on peut aussi penser que la LFP essaie d'allumer ainsi un contre- feu. En effet, en 2010, la LFP a elle-même été attaquée devant le tribunal de commerce par Ma chaîne sport (MCS), une société soeur de Numericable (elles ont toutes deux pour actionnaire commun le fonds Altice de Patrick Drahi). Dans cette affaire, MCS réclame 24,6 millions d'euros de dommages à la LFP pour avoir perdu les droits de diffusion de la ligue 2, que la LFP lui avait retirés justement pour pouvoir lancer Cfoot...

Dans son rapport annuel, la LFP assure sans rire que Cfoot a été "une étape réussie" et "une offre saluée par le marché". Selon elle, "la chaîne a vite trouvé un ton et une crédibilité au plan éditorial, [et] rencontré un public. Cependant, en dépit de cet intérêt et de ce succès naissant, la LFP a dû se résoudre à l’arrêt de Cfoot à cause des perspectives très sombres de la TNT payante, et d’un contexte de crise économique qui n'épargnait pas le football français".

Jamal Henni