BFM Business

La Chine à l'assaut des vins français

Les acheteurs chinois de domaines prestigieux se multiplient ces dernières années.

Les acheteurs chinois de domaines prestigieux se multiplient ces dernières années. - -

Pour la première fois, un grand cru classé de Saint Emillion est passé sous pavillon chinois. Une tendance bien présente depuis quelques années.

C'est une première: un grand cru classé du bordelais vient d'etre acheté par un investisseur chinois. Les profesionnels refusent de parler de "ruée", mais il est clair que les acheteurs vont progresssivement se porter sur des chateaux de plus en plus prestigieux.

Jamais le pavillion chinois n'avait flotté sur un premier grand cru classé de Saint Emillion. C'est maintenant chose faite. Le chateau de Bellefont-Belcier, dans le bordelais, passe aux mains d'un homme d'affaires chinois: monsieur Wang, un industriel spécialisé dans l'extraction des minerais de fer.

Il aurait déboursé pas loin de 25 millions d'euros pour se payer son domaine. Depuis cinq ans, les chinois ont acheté une trentaine de châteaux dans la région, mais le château de Bellefont Belcier est, sans doute, l'acquisition la plus prestigieuse pour un Chinois dans la région.

Selon les spécialistes du monde viticole, c'est bien le signe que les Chinois vont de plus en plus se tourner vers des propriétés haut de gamme. Ce n'est que logique : la Chine est devenue depuis l'an dernier la première destination à l'exportation des vins de Bordeaux.

Simon Tenenbaum