BFM Business

La banque centrale autrichienne dévoile son autre trésor: les violons

La collection d'instruments de musique de la banque centrale autrichienne est comptabilisée comme actif de réserve du pays. Elle est évaluée à 70 millions d'euros au total.

La collection d'instruments de musique de la banque centrale autrichienne est comptabilisée comme actif de réserve du pays. Elle est évaluée à 70 millions d'euros au total. - Gabriel Bouys - AFP

"La banque centrale autrichienne a présenté jeudi pour la première fois ses actifs les plus insolites parmi lesquels une collection d’instruments anciens parmi les plus rares au monde."

Jolie surprise pour les responsables de la BCE, réunis jeudi 2 juin à Vienne pour leur grand rendez-vous de politique monétaire. La banque centrale autrichienne qui les accueillait fêtait ses 200 ans. Et pour l’occasion, l’institution a honoré ses invités d’un grand concert, donné par l’Orchestre Philharmonique de Vienne, sans doute le plus prestigieux du monde.

Au programme, la deuxième symphonie du compositeur Thomas Larcher. Mais plus que le répertoire, les banquiers centraux ont pu admirer, pour la première fois, l'un des trésors cachés de la banque centrale. Cette dernière avait décidé en effet de prêter exceptionnellement aux musiciens sa prodigieuse collection d’instruments.

Car c’est l'une des particularités de la banque centrale autrichienne. Cette collection unique est un actif répertorié et comptabilisé dans la liste de ses réserves officielles, au même titre que les devises étrangères, les obligations et les lingots d’or! Liste qui sert à évaluer la solidité financière du pays. Un véritable trésor au sens littéral du terme.

Une valeur doublée en 27 ans

Cette collection -une des plus grandes d’Europe- est composée de 38 pièces: 29 violons, 3 altos et 6 violoncelles, tous fabriqués aux XVIIème et XVIIIème siècles par les plus grands luthiers du monde, dont Giuseppe Guarneri et Antonio Stradivari. Sa valeur est estimée à 70 millions d’euros.

Une valorisation très difficile à établir, et dépendante de l’historique des instruments, de leur entretien régulier et de leur conservation. Mais même à ce prix, la plus-value reste impressionnante, puisque la valeur a doublé depuis 1989, date à laquelle la banque a acquis ces instruments.

Beethoven actionnaire!

A l'origine, il ne s'agissait pas pour la banque d'un investissement à caractère spéculatif. La banque centrale voulait symboliser l’attachement du pays à son extraordinaire patrimoine musical. Une façon aussi de rendre hommage à Ludwig Van Beethoven, qui faisait partie de ses actionnaires à sa création. Le compositeur figure dans les registres officiels de la banque centrale dès 1819.

Et même s’ils font partie des actifs de réserve de l’institution, les violons de la banque centrale ne dorment pas pour autant dans ses coffres-forts. Ils sont prêtés a des musiciens de renom, ou à de jeunes talents soutenus par l’institution.

Mais cette jolie démonstration de la banque centrale autrichienne prouve aussi que les instruments de musique constituent également un placement financier de choix dans un portefeuille diversifié. A l’instar des œuvres d’art ou des voitures de collection, leur valeur n'a fait qu’augmenter ces dernières années. Et la banque centrale autrichienne se dit toujours à l’affût d’instruments rares à vendre, pour enrichir sa collection. Et accessoirement les réserves du pays…

Antoine Larigaudrie