BFM Business

Jeux vidéo: "Paris veut se doter d'un salon international"

Julien Chièze et la rédaction de Gameblog

Julien Chièze et la rédaction de Gameblog - -

Julien Chièze, co-fondateur et rédacteur en chef de gameblog.fr (3ème site français d'informations sur les jeux vidéo), raconte comment la France a fini par se doter d'un salon de jeux vidéo digne de ce nom.

La Paris Games Week ouvre ce mercredi 30 octobre. Quelle a été sa génèse?

L’histoire des salons de jeux vidéo français a été chaotique. Il y a d’abord eu à partir de 2006 le Festival du jeu vidéo, mais qui est mort de facto quand les éditeurs de jeux vidéo ont décidé en 2010 de le quitter pour créer la Paris Games Week

Précisément, la Paris Games Week a été créée par le Sell (Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs). Les premières éditions étaient très centrées sur les jeux de Sony -dont le président dirigeait le Sell-, mais les suivantes sont devenues moins PlayStation-centric.

Aujourd’hui, la Paris Games Week s’est installée. Elle revendique 212.000 visiteurs pour sa troisième édition l’an dernier. Elle devrait faire encore mieux cette année. En effet, ses dates ont été calées sur les vacances de la Toussaint. Et les organisateurs promettent plus d’espace, ce qui devrait diminuer le temps d’attente constaté l’an dernier, où il fallait attendre parfois jusqu’à une heure pour tester les jeux les plus demandés.

Surtout, ce sera la première fois en France que le grand public pourra avoir en main les consoles de nouvelle génération, un mois avant leur sortie. Même si seul un volume limité de ces nouvelles consoles sera disponible pour Noel, et que les éditeurs de jeux savent bien qu’ils feront l’essentiel de leurs ventes de fin d’année avec les consoles existantes...

La Paris Games Week veut-elle se hisser au niveau des grands salons étrangers?

Oui. L’objectif de la Paris Games Week est de créer un évènement international, comparable à la Gamescom qui se tient en août à Cologne, et dont la dernière édition a attiré 320.000 personnes.

Mais aujourd'hui, la Paris Games Week reste essentiellement un salon commercial, destiné à faire acheter les jeux de Noël. Il lui manque des conférences ou des master class, où les grands créateurs de jeux vidéo mondiaux viendrait expliquer leur travail.

Un des principaux exposants est Ubisoft, qui se lance parallèlement dans la co-production de films. Que pensez-vous de cette diversification?

Ubisoft vise ainsi à devenir une sorte de Disney. A en croire certains producteurs hollywoodiens, les personnages de jeux vidéo vont prendre la place aujourd’hui occupée par les héros de bande dessinée. Ce serait assez logique, car le filon des comics commence à s’épuiser. Tandis que celui des jeux vidéo a été assez peu exploité, et a trop souvent donné lieu à des films assez médiocres artistiquement. Même si certains ont été de grands succès commerciaux, comme la série des Résident Evil.

Surtout, Hollywood a fini par comprendre que pour réussi l’adaptation d’un jeu, il faut mettre les moyens et inventer un scénario original, au lieu de porter à l’écran celui du jeu.

Propos recueillis par J. H.