BFM Business

Il crée un faux restaurant et devient le mieux noté de Londres sur TripAdvisor

-

- - Chris Bethell

Un Britannique qui avait l'habitude d'écrire de fausses critiques de restaurants a décidé de créer une fausse adresse sur TripAdvisor. Son "établissement" est devenu en quelques mois le mieux noté de Londres.

Des fausses photos de plats, un nom tout à fait crédible "The shed at Dulwich" (la cabane à Dulwich), un menu basé sur les humeurs, des plats plus ou moins alléchants (rognons de lapin assaisonnés de safran et bisque d'huîtres) et même un site internet et un numéro de téléphone pour réserver. Voilà l'oeuvre d'Oobah Butler, qui a mystifié les utilisateurs du site d'avis sur les restaurants TripAdvisor. C'est dans un billet sur le site de Vice que le Britannique explique son canular.

Ce blogueur, contributeur au site Vice, connaissait plutôt bien les rouages du site TripAdvisor sur lequel il écrivait régulièrement de fausses critiques payées par les restaurateurs (10 livres la critique). Quand en avril dernier il a eu l'idée d'aller plus loin et de créer directement un faux restaurant. Pour se moquer "de la propension de la société à croire n'importe quoi", indique-t-il. Cela lui prend donc quelques minutes pour créer une page sur le site d'avis en ligne. Une page qu'il agrémente de quelques photos de faux plats là aussi pris en gros plans dont il révèle la supercherie dans son billet. Une fois payés les 10 livres d'inscription, The Shed at Dulwich était lancé sur TripAdvisor.

-
- © Photo

Sauf que pour que la supercherie fonctionne, il fallait que son restaurant monte au classement des établissements de la ville de Londres. Il met alors des amis à contribution qui lui pondent quantité de fausses critiques et sur des ordinateurs différents pour tromper le système anti-triche de TripAdvisor. Classé au départ 18.149ème restaurant de Londres, son faux restaurant grimpe dans les 10.000 premiers en quelques semaines. Oobah Butler pensait en rester là quand il a commencé à recevoir des appels pour des réservations. Au début il refuse mais finit par en accepter quelques unes. Il leur servira des plats surgelés dans... sa cabane au fond du jardin. 

Numéro 1 à Londres en novembre

Des clients sans doute un peu déçus mais qui ne laissent pas de mauvaises critiques pour autant sur le site. À la différence des complices de l'auteur du canular qui continuent d'inonder TripAdvisor de critiques dithyrambiques qui présentent le lieu comme un endroit un peu secret. Ce que les internautes adorent. Résultat: le site continue à monter (156ème en août), les demandes de réservations pleuvent mais ne peuvent pas être honorées, ce qui accentue le culte autour du faux restaurant. Le Britannique reçoit même des demandes de collaboration avec des restaurateurs, des offres d'emplois, des propositions de relations presse et une société de production australienne veut même venir y tourner des images pour un film qu'elle prépare sur une compagnie aérienne.

Le téléphone sonne alors en permanence et des centaines de mails arrivent de partout dans le monde sur la boîte du faux resto. Et le premier novembre, c'est la consécration: The Shed At Dulwich devient 1er restaurant de Londres sur TripAdvisor. 

-
- © TripAdvisor

Ce qui cette fois alerte le site qui envoie un mail de demande d'informations. Le mystificateur avoue tout et la page est supprimée. Le site TripAdvisor expliquera plus tard dans un communiqué avoir déjà été victime de canular de ce type, mais qu'en général, leurs auteurs étaient des journalistes soucieux de tester la fiabilité du site. Et que, surtout, jamais la création d'un faux établissement n'avait pris de telles proportions. "Comme il n'y a aucun intérêt à créer un tel faux restaurant, ce n'est pas un problème que nous rencontrons régulièrement", assure le site. Le blogueur britannique n'en disconvient d'ailleurs pas: "C'est assez juste, je ne crois pas que ça arrive souvent." Lui semble en tout cas avoir surtout fait cela pour s'amuser.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco