BFM Business

Hôtellerie: TripAdvisor continue de se développer

TripAdvisor s'intéresse à un nouveau segment

TripAdvisor s'intéresse à un nouveau segment - -

Le site internet de conseils entre voyageurs va lancer, cette année, une plate-forme destinée aux hôtels indépendants et chambres d'hôtes. Avec 56 millions de visiteurs tous les mois, il leur offre une visibilité importante.

Un petit nouveau va voir le jour dans le secteur de la réservation d'hôtels en ligne. Le site internet de conseils entre voyageurs, TripAdvisor, vient d'annoncer un partenariat avec 210 systèmes de réservation pour le lancement d'une nouvelle plate-forme, TripAdvisor Connect, destinée aux hôtels indépendants et aux chambres d'hôtes.

Cette plate-forme doit être lancée "cette année", indique TripAdvisor dans un communiqué. "L'engagement de ces systèmes de réservation en ligne signifie que plus de 135.000 hôtels indépendants et chambres d'hôtes dans le monde pourront bénéficier du moteur de comparaison des prix sur TripAdvisor", précise le groupe. Les 210 signataires représentent 48 pays, selon TripAdvisor.

250 millions de visiteurs par mois

Une très bonne nouvelle pour ces "petits" hébergements. "Des millions de visiteurs de TripAdvisor" passent actuellement "à côté" d'offres de chambres d'hôtes lorsqu'ils font leurs recherches par date de séjour, "en raison du manque de connectivité de notre industrie", souligne Jay Karen, patron de PAII (Professional Association of Innkeepers International).

Ils vont donc pouvoir bénéficier d'une plus grande visibilité, surtout que Trip Advisor rassemble aujourd'hui quelques 250 millions de visiteurs chaque mois et 100 millions d'avis sur 2,5 millions d'hôtels, restaurants et lieux touristiques dans 30 pays.

Faire retirer les commentaires

Néanmoins, cette plus grande visibilité peut être à double tranchant. En effet, pour Adele Gutman, vice-présidente des ventes de Library Hotel Collection, qui gère quatre hôtels à New York., Trip Advisor a fait exploser ses réservations. "Nous avons alors décidé que ce serait notre priorité. Chouchouter nos hôtes, trouver ce qui leur plaît et regarder les avis pour nous améliorer", affirme-t-elle à l'AFP. "Quand vous avez cette visibilité, vous n'avez pas besoin d'autre publicité", ajoute la responsable selon qui le taux d'occupation de ses hôtels va de 89 à 94%.

Mais les critiques ne sont pas modérées et les faux avis pullulent sur le site. Certains restaurateurs ont vu leur chiffre d'affaires chuter après des mauvais avis, vérifiés ou non. Ainsi Marc Chevalier, restaurateur à Nice, se bat depuis des mois pour faire retirer les mauvais avis sur Trip Advisor. Il réclame aujourd’hui le droit pour les restaurateurs de voir leur établissement supprimé de ces sites.

Un business tellement lucratif que certains assureurs se sont emparés du marché. SwissLife, par exemple, propose désormais un contrat e-reputation qui permet de se prémunir contre les risques de dérive sur la toile et les réseaux sociaux.

Diane Lacaze