BFM Business

Fréquences TNT: bras de fer entre l’Etat et les chaînes

Des télévisions ultra haute définition sont déjà prêtes, ici au CES 2013, en attendant que son déploiement ait lieu.

Des télévisions ultra haute définition sont déjà prêtes, ici au CES 2013, en attendant que son déploiement ait lieu. - -

En raison d'impératifs budgétaires, l'Etat envisage de céder des fréquences TNT aux opérateurs télécoms. Les groupes télévisuels s'inquiètent de l'avenir de la TNT dans ces conditions.

Le monde de la télé est en ébullition ! Aurélie Filippetti, la ministre de la Culture, convoque, ce mercredi 5 juin, les Assises de l'audiovisuel. Ce rendez-vous doit être le point de départ d'une remise à plat d'un certains nombres de règles du secteur: la réforme du CSA, le financement de la création, la réglementation publicitaire, et surtout la gestion des fréquences.

Un dossier sensible, alors que le gouvernement a choisi d'attribuer une partie des fréquences télé aux opérateurs télécom.

Les fréquences hertziennes devraient être au centre d'un bras de fer entre le gouvernement et les chaînes de télévisions. L'Elysée envisage de vendre certaines des fréquences TNT, inutilisées pour le moment, aux opérateurs télécoms. Des enchères seraient organisées en 2016 et l'Etat compte récolter au moins 3 milliards d'euros pour financer le budget de la Défense.

Le passage de plusieurs chaînes à la haute définition compromis

Les opérateurs, qui doivent gérer la montée de la puissance de la 4G, seraient intéressés, (même si les négociations sur le prix s'annoncent compliquées). En revanche du côté des chaînes, cela coince. Certaines d'entre elles parlent même d'un "coup de frein monumental" au développement de la TNT.

Sans ces fréquences, le passage de plusieurs chaînes à la haute définition serait compromis. Et le déploiement de l'ultra haute définition, dans quelques années, serait carrément impossible. En attendant, le gouvernement temporise. La décision, dit-on, n'est pas encore définitive. Mais les impératifs budgétaires pourraient bien avoir raison de l'avenir de la TNT.

A LIRE AUSSI

>> La publicité peut-elle financer 19 chaînes?

Simon Tenenbaum