BFM Business

François Henri-Pinault : "il faut retrouver de la créativité chez Puma"

François-Henri Pinault s'est félicité des résultats de son groupe sur BFM Business

François-Henri Pinault s'est félicité des résultats de son groupe sur BFM Business - -

A l’occasion de la publication des résultats de PPR ce vendredi, le PDG du groupe a livré à BFM Business des éclaircissements sur les améliorations à venir pour Puma et sur l’avenir de la Fnac.

L’action PPR signait la meilleure performance du CAC 40 vendredi 15 février au matin. Le groupe de luxe et lifestyle venait de présenter des résultats annuels meilleurs que prévu. Le groupe propriétaire de Gucci, Bottega Veneta ou Saint Laurent, a publié un résultat opérationnel courant en hausse de 19,3% à 1,79 milliard d'euros, et un chiffre d'affaires en progression de 20,8% à 9,73 milliards d'euros.

Des performances portées par le pôle luxe. Pour la division lifestyle, ce fut "un peu plus compliqué", reconnaît François-Henri Pinault. Le PDG de PPR estime que la croissance modérée de cette branche en 2012 ne correspond pas "au potentiel de Puma".

Il considère néanmoins que la situation est "assez normale" du fait que la marque ait grossi très vite ces dernières années, grâce au "succès de ses produits" et au "rachat de ses licenciés dans le monde entier".

Pour retrouver de la croissance sur la marque au logo de félin, il faudra "retrouver un peu plus de créativité dans les produits", souligne François-Henri Pinault. Il en profite d’ailleurs pour annoncer qu’un nouveau CEO va être nommé à la tête de Puma dans les semaines à venir, qui aura en charge de mener cette nouvelle étape de développement de la marque.

Les résultats ne prennent pas en compte Redcats et la Fnac, dont PPR est en train de se désengager. La chaîne de distribution de produits culturels est dans un contexte économique difficile en France, en Espagne et au Portugal, explique le PDG de PPR. Mais l’enseigne bénéficie selon lui d’une position très forte dans ces pays, ce qui lui permet de résister "magnifiquement" s’enthousiasme-t-il.

Le plan mis en œuvre par Alexandre Bompard, qui consiste selon le PDG à substituer à des produits en train de disparaître, comme le disque, d’autres comme du petit électro-ménager, "fonctionne bien", assure François-Henri Pinault.

Il n’est toutefois pas question de remettre en question le projet de scission de la Fnac annoncé en octobre dernier. A l'issue de l'assemblée générale le 18 juin, PPR va distribuer des titres Fnac à tous les actionnaires du groupe. Le 19 juin, l’enseigne culturelle sera donc cotée à la Bourse de Paris.

N.G. (texte) et Karine Vergniol (vidéo)