BFM Business

Football: transfert record pour l'AS Monaco

Joao Moutinho et James Rodriguez (à droite), vont être transférés à l'AS Monaco pour 70 millions d'euros.

Joao Moutinho et James Rodriguez (à droite), vont être transférés à l'AS Monaco pour 70 millions d'euros. - -

Le club de la principauté a déboursé 70 millions d'euros pour deux joueurs en provenance de Porto, vendredi 24 mai. L'un d'eux, James Rodriguez ,a été transféré pour 45 millions d'euros, ce qui constitue un nouveau record en France. Et relance le débat sur la fiscalité monégasque.

Alors que l’AS Monaco va célèbrer son titre de champion de Ligue 2, vendredi 24 mai lors de la dernière journée, le club a frappé un grand coup sur le marché des transferts.

Et de quelle manière : le recrutement de Joao Moutinho et James Rodriguez, en provenance du FC Porto, a été annoncé pour la coquette somme de 70 millions d’euros. Pour le second, le club monégasque a déboursé 45 millions d’euros, ce qui constitue le transfert le plus cher de l’histoire du championnat de France.

L’achat du Parisien Thiago Silva avait été estimé à 42 millions d’euros, mais ce montant n’avait jamais été confirmé officiellement. Le FC Porto étant, lui, coté en Bourse, le chiffre de 45 millions est donc la nouvelle référence.

Le coup d'éclat de l'AS Monaco relance le débat sur ses avantages fiscaux

Par ce coup de force, l’AS Monaco relance donc la polémique et la bataille juridique qui l’oppose aux instances du football français.

Le 21 avril dernier, la Ligue professionnelle de football avait en effet décidé d’imposer à toute équipe évoluant dans le championnat de Ligue 1 d’installer son siège en France. Les avantages fiscaux dont bénéficient Monaco (les joueurs étrangers ne payent notamment pas d’impôts) seraient dans ce cas réduits à néant.

Du coup, le club de la principauté a déposé, le 17 mai dernier, deux recours devant le Conseil d’Etat. Il s’agit d’un recours en annulation concernant la décision de la LFP, et d’un référé pour obtenir la suspension immédiate de la décision.

Si l’issue de cette bataille reste à déterminer, les ambitions du milliardaire Dmitry Rybolovlev, le propriétaire de l’ASM, sont bien réelles. Et pourraient bien bouleverser le paysage économique du football français.

Yann Duvert