BFM Business

Football: Sony va arrêter de parrainer la Fifa

Sony est l'un des six sponsors choisis par la Fifa.

Sony est l'un des six sponsors choisis par la Fifa. - Ahmed Belmekki - AFP

Le géant japonais ne va pas renouveler son contrat de parrainage avec la fédération internationale, selon plusieurs médias locaux. La faute à une situation financière difficile, mais aussi aux soupçons de corruption pesant sur l’instance dirigeante du football mondial.

La Fifa est-elle en train de payer sa réputation sulfureuse? Le géant de l'électronique japonais Sony devrait en effet mettre fin à son contrat de parrainage qui le lie à l’organe dirigeant du football international, affirment mardi 25 novembre des médias nippons. "Sony va cesser de sponsoriser la coupe du monde de Foot" titre ainsi le quotidien économique Nikkei de mardi, imité par la chaîne de télévision publique NHK.

Il s'agirait pour la Fifa de la perte d'un deuxième de ses principaux parraineurs puisque le 4 novembre dernier, la compagnie aérienne Emirates avait annoncé la fin de son partenariat après 2014.

Un contrat de 225 millions d'euros

Sony, qui fait aussi la promotion du ballon rond à travers les jeux vidéo, avait signé pour 8 années jusqu'à 2014 pour le financement des diverses compétitions organisées par la Fifa, mais arrivait au terme de cet engagement d'un montant de 33 milliards de yens (225 millions d'euros). L'entreprise, en pleine restructuration, aurait donc décidé de ne pas poursuivre l'aventure.

Le fleuron de la technologie nippone n'a pas voulu commenter ces informations. Mais Sony, ancré dans le rouge, semble forcé de faire des choix et de restreindre ses dépenses d'autant plus que, pour la première fois cette année, le groupe a décidé de priver ses actionnaires de dividendes.

Samsung sur les rangs pour remplacer Sony

Mais surtout, Sony n'aurait plus envie de faire ce gros chèque pour voir son image associée à une Fifa soupçonnée de corruption. Le groupe nippon n'est d'ailleurs pas le seul. Au début de l'été, ils étaient plusieurs partenaires, avec Visa et Adidas, à mettre la pression, notamment pour que les conditions d'attribution de la Coupe du Monde 2022 au Qatar soient éclaircies.

A l'époque, Sony disait attendre de la Fifa des "principes d'éthique et d'intégrité. Il y a deux semaines, le rapport est tombé: il y a bien eu des comportements "douteux", mais le dossier a finalement été clos sans mesure particulière. Sony aurait donc choisi de dire stop.

La Fifa, elle, choisit ses sponsors dans six grandes catégories englobant divers secteurs d'activité, dont "la vie numérique" qui comprend l'électronique. La place laissée par Sony pourrait être reprise par son rival sud-coréen Samsung Electronics.

Dorothée Balsan avec AFP