BFM Business

Euro 2016: branle-bas de combat des élus face à Airbnb

"Les logements Airbnb loués pendant la compétition sportive pourraient générer plusieurs centaines de milliers d'euros en taxe de séjour pour les différentes municipalités. Mais la plateforme ne l'entend pas de cette oreille."

Nouvelle offensive des élus locaux contre Airbnb. Voilà ce que révèle le journal les Échos ce jeudi 28 avril. L'Euro 2016 est une aubaine pour les particuliers qui louent leurs logements. Une aubaine dont les élus locaux comptent bien profiter, eux aussi, en récupérant les taxes de séjour en poussant les sites de location à les collecter.

La mairie de Bordeaux a fait le compte: 10.000 annonces ont été postées sur la période de l'événement, ce qui pourrait représenter jusqu'à 200.000 euros de recettes. Quant à Paris, l'enjeu atteint plusieurs millions d'euros. Cette taxe est déjà censée être collectée mais Airbnb rétorque que le dispositif est trop complexe compte tenu de la multitude des taux fixés par chaque collectivité.

Et cette fois, le site explique selon les Échos que la plupart des contrats ont déjà été signés. Il n'est donc plus possible d'appliquer la taxe. Dans ce contexte, les élus locaux proposent une solution, pour le moins radicale: récupérer les informations auprès des sites et se charger eux-mêmes de récupérer ces taxes. Une solution qui risque d'avoir du mal à passer.

Caroline Morisseau