BFM Business

Deux millions d'euros pour des gravures de la "suite Vollard" de Picasso

La "suite Vollard" est née d'un arrangement entre Picasso et son premier marchand d'art, Ambroise Vollard.

La "suite Vollard" est née d'un arrangement entre Picasso et son premier marchand d'art, Ambroise Vollard. - Samuel Kubani - AFP

Une série de 100 gravures exécutées par Picasso ont été vendues aux enchères. Elle a été achetée par un Américain.

Un jeu complet de la "suite Vollard", une série de 100 gravures exécutées dans les années 30 par Picasso pour le marchand d'art parisien Ambroise Vollard, a été vendue 1,9 million d'euros à Paris, a annoncé la maison d'enchères Ader Nordmann. La "suite Vollard" était l'une des pièces de la vente d'estampes provenant du fonds du marchand Henri Petiet, qui a rencontré un "énorme succès" samedi et dimanche à l'Opéra Comique, avec 622 lots vendus 3.320.000 euros, selon un communiqué de la maison d'enchères.

La "suite Vollard" est née d'un arrangement entre Picasso et son premier marchand d'art, Ambroise Vollard: Picasso s'engage à lui fournir 100 gravures en échange d'un tableau de Cézanne et d'un Renoir. Environ 310 jeux complets de gravures sont à l'époque produits à partir des 100 plaques originales.

"Une ambiance incomparable et un public varié"

Le British Museum avait acquis une série en 2011 pour environ 1 million de livres, entrant dans le cercle restreint des musées possédant un jeu complet de ces eaux fortes majeures dans le parcours artistique de Picasso, avec notamment la National Gallery à Washington, le Museum of Modern Art de New York et le musée Picasso à Paris.

La suite vendue ce week-end à Paris a été achetée par un Américain, a indiqué la maison de ventes qui avait organisé une vente aux enchères à l'ancienne sans possibilité d'enchérir ni par téléphone ni via Internet. "Il y avait beaucoup de dynamisme dans la salle, une ambiance incomparable et un public varié, autant de facteurs qui m'ont permis de créer une connivence avec les acheteurs et d'aboutir à ce résultat exceptionnel", a commenté dans le communiqué le commissaire-priseur David Nordmann.

Parmi les autres lots, Le chapeau épinglé, une lithographie de Renoir, a doublé son estimation pour atteindre 43.750 euros tout comme Le jockey, lithographie de Toulouse Lautrec cédée à 40.000 euros.

D. L. avec AFP