BFM Business

D8: pour garder Hanouna, Bolloré met 250 millions sur la table

"Touche pas à mon poste", l'émission phare de D8

"Touche pas à mon poste", l'émission phare de D8 - Cyrille-George Jérusalmi D8

D8 a accepté de débourser 50 millions d'euros par an, jusqu'en 2021, pour conserver son animateur star. Un contrat négocié par Vincent Bolloré lui-même, qui a révélé le montant du contrat au CSA.

50 millions d'euros par an sur cinq ans, soit au total 250 millions d'euros. Tel est le montant record du nouveau contrat signé entre D8 et la société de production de Cyril Hanouna.

Le montant a été révélé par Vincent Bolloré lui-même jeudi 24 septembre lors de son audition à huis clos devant le gendarme de l'audiovisuel. Le président du conseil de surveillance de Vivendi et de Canal Plus a personnellement négocié ce nouveau contrat, comme l'a révélé récemment Télérama.

Montant multiplié par 2,5

A titre de comparaison, Le Grand journal, lorsqu'il était produit par Renaud Le Van Kim, était facturé 24 millions d'euros par an, une somme deux fois moins importante. Et l'ancien contrat entre D8 et la société de Cyril Hanouna, conclu en 2012, était de seulement 19 millions d'euros par an. Autrement dit, Cyril Hanouna ne représentait qu'un petit bout du budget total de D8, compris entre 80 et 100 millions d'euros. Le budget de la chaîne va donc assurément exploser du fait de ce nouveau contrat...

Jeudi, Vincent Bolloré a aussi révélé que l'ancien contrat signé en 2012 entre D8 et la société de Cyril Hanouna contenait une clause particulière. Celle-ci stipulait que si Cyril Hanouna quittait la présentation de Touche pas à mon poste, alors D8 avait une option pour continuer à diffuser l'émission pendant un an, en payant pour cela moitié prix, soit environ 10 millions d'euros par an. Autrement dit, cette clause empêchait Cyril Hanouna de repartir de D8 en emportant avec lui et le concept et la marque de Touche pas à mon poste, ce qu'il avait fait en 2012 lors de son transfert de France 4 vers D8.

Culbute spectaculaire

Reste que la culbute effectuée par Cyril Hanouna est spectaculaire. Plusieurs raisons expliquent le fait que D8 ait accepté de casser sa tirelire. D'abord, les succès d'audiences des émissions fournies par l'animateur, cruciales pour la chaîne.

Ensuite, l'animateur n'a pas eu de mal à faire monter les enchères car il était courtisé par la concurrence, notamment TF1, avec qui il a failli signer selon Télérama. Mais aussi M6, qui lui aurait proposé pas moins de 40 millions d'euros...

L'animateur était d'autant plus en position de force que son ancien contrat expirait mi-2016. Selon une source interne, "l'ancien patron de D8, Ara Aprikian, était conscient de cette menace et avait démarré au printemps 2015 les discussions pour renouveler par anticipation ce contrat, aboutissant à un montant d'un peu moins de 30 millions d'euros par an".

Un lien avec l'entrée au capital de Banijay?

Ayant mis à la porte Ara Aprikian, Vincent Bolloré a repris lui-même les négociations avec Cyril Hanouna, qu'il connaît personnellement. En effet, Havas détenait 51% de H20, la société de production de Cyril Hanouna, jusqu'en 2012, date à laquelle 95% de H20 ont été rachetés par Banijay, la société de Stéphane Courbit.

Rappelons que Vivendi a annoncé le 2 septembre une prise de participation minoritaire (qui sera de 25%) dans la société issue de la fusion de Banijay et Zodiak. Selon une source interne, ce n'est pas une coïncidence: Vincent Bolloré aurait pris cette participation pour remporter le nouveau contrat avec Cyril Hanouna.

Interrogé, Canal Plus n'a pas répondu, tandis que Banijay, TF1 et M6 se refusaient à tout commentaire.

Jamal Henni