BFM Business

D’Aegis à Vivendi : Vincent Bolloré est à la manœuvre

L'objectif de Bolloré est d'augmenter sa participation au sein de Vivendi.(Photo : DR)

L'objectif de Bolloré est d'augmenter sa participation au sein de Vivendi.(Photo : DR) - -

L’homme d’affaires vient de se désengager d’Aegis, mais il a d’autres ambitions pour développer son groupe. Il lorgne notamment sur une montée en puissance de sa participation au sein de Vivendi.

Vincent Bolloré a annoncé jeudi 12 juillet avoir vendu sa participation dans le britannique Aegis, dont il était l'actionnaire de référence. L’homme d’affaires breton n'aura jamais réussi à rapprocher le groupe avec Havas, son autre filiale dans le domaine de la publicité.

Mais il a probablement d'autres options pour faire grandir son empire de la communication. Pour cela, il a développé une technique efficace qui lui permet, sans débourser des montagnes de cash, de devenir l'actionnaire de référence d'une entreprise.

C’est ainsi qu’il a fait chez Havas. Il préside le groupe depuis 2006 avec seulement un peu plus de 30% du capital. Il a tenté de faire de même avec Aegis, mais cette fois sans succès.

Utiliser le milliard d’euros récupéré d’Aegis

Toutefois, l'aventure n'est probablement pas finie. Vincent Bolloré s’est choisi une nouvelle cible : Vivendi. Il a déjà acheté sur le marché entre 2,5% et 3% du capital du géant des divertissements et des télécoms. Officiellement, il vise 4 à 5% de son capital. Mais il pourrait aller bien au-delà, notamment en utilisant le milliard d'euros de cash qu'il vient de récupérer de la vente de sa participation dans Aegis.

Bolloré possède aussi la carte Havas... qu'il pourrait, selon des analystes, apporter en échange d'une participation dans le giron de Vivendi. Sans trop débourser, Vincent Bolloré deviendrait l'actionnaire de référence du conglomérat. Du coup, il pourrait très bien récupérer, autour d'Havas, la partie média de Vivendi qui comprend Canal+, Universal Music et les jeux vidéo Activision.

Simon Tenenbaum et BFMbusiness.com