BFM Business

Chez Lagardère, Vincent Bolloré se prépare au choc des titans contre Bernard Arnault

Le propriétaire de Vivendi s'allie avec le fonds Amber Capital pour entrer au conseil de surveillance de Lagardère. Vincent Bolloré veut faire sauter le statut de commandite du groupe. Mais il devra affronter le PDG de LVMH Bernard Arnault qui vient de s'associer à Arnaud Lagardère.

C’est une première dans le capitalisme français. Deux de ses plus grands fauves, milliardaires de surcroît, se retrouvent face à face pour faire main basse sur l’empire Lagardère. Bernard Arnault, PDG du numéro un mondial du luxe LVMH va devenir l’associé d’Arnaud Lagardère.

Ils doivent divulguer les détails de leur union dans les semaines à venir. Il va prendre 25% du capital de sa société personnelle, Lagardère Capital Management (LCM) qui contrôle le groupe à travers une structure juridique rare: la commandite. En face, Vincent Bolloré est le premier actionnaire de Lagardère avec 23,5% de son capital qu’il a racheté au fil de l’eau depuis trois mois à travers Vivendi qu’il contrôle, de fait, et que son fils Yannick préside.

Ces deux requins ont mené les plus belles batailles du monde français des affaires depuis quarante ans. Gucci, Hermès pour Bernard Arnault, Bouygues, Havas et Vivendi pour Vincent Bolloré.

Mais les deux hommes n’ont jamais couru les mêmes "deals", "ni ensemble, ni en affrontement" relève un banquier de Lazard. La célèbre banque d’affaires a épaulé les deux milliardaires quand ils débutaient en affaires. Antoine Bernheim fut leur banquier commun, d’abord pour Vincent Bolloré, ensuite pour Bernard Arnault. Idem pour l’avocat Jean-François Prat, lui aussi décédé.

"Ils ne se sont jamais croisés, même pas dans les couloirs de Lazard!" s’amuse un ancien ponte de la banque du boulevard Haussmann. Une seule fois, ils ont investi ensemble, en 2012, dans Isodev, une banque pour PME, fondée par l’ancien patron des Banques Populaires Philippe Dupont, qu’il a liquidée en deux ans. Reste que, comme toutes les fortunes françaises, ils se croisent à Saint-Tropez, place des Lices, à la Chapelle Saint-Anne ou dans la résidence de luxe des Parcs, où ils ont leur villa.

Partage du magot

L’avenir du groupe Lagardère donnera-t-il lieu à un affrontement inédit entre Bernard Arnault et Vincent Bolloré ? "Les deux hommes se parlent et se voient régulièrement et jusque très récemment" assure-t-on dans l’entourage de Vincent Bolloré. "Ils s’apprécient et se respectent", abonde le camp d’en face. "Havas (propriété de Vivendi, ndlr) travaille beaucoup pour LVMH". Les deux hommes semblent plutôt sur un terrain d’entente. "Il n’y aura pas de bagarre", promet-on dans les deux camps. "Personne n’y a intérêt".

D’autant que, sur le papier, leurs ambitions sont complémentaires. En tout cas, Vincent Bolloré ne cache pas les siennes. L’éditeur Hachette est dans son viseur depuis plusieurs années. Ces dernières semaines, il négociait le rachat des radios de Lagardère: Virgin, RFM et surtout Europe1. Vincent Bolloré rêve d’en faire un "Fox News" à la française sur la même ligne que CNews. En face, le PDG de LVMH a un intérêt rationnel à racheter la branche distribution de Lagardère, le "travel retail". Ses points Relay et ses commerces en gares et aéroports seraient complémentaires de sa filiale DFS, elle aussi implantée dans les aéroports du monde entier. Enfin sur les médias, Bernard Arnault se verrait bien rafler Paris Match et surtout le Journal du Dimanche.

Le rapport de force s'est engagé

Pour autant, les deux hommes ne se feront pas de cadeaux. Le rapport de force est l’arme de combat qu’ils ont déjà dégainée. Il y a deux semaines, la vente des radios Europe1, RFM et Virgin à Vivendi a été brutalement interrompue par le groupe Lagardère, comme l'a rapporté Le Monde.

Dans le camp de Vincent Bolloré, on y voit plutôt la main invisible de Bernard Arnault. "Il ne faut pas aller trop vite" reconnait un de ses proches. Le PDG de LVMH veut montrer qu’il a repris la main de l’empire Lagardère. La réponse ne s’est pas faite attendre. Quelques jours plus tard, Vivendi est encore monté à 21,2%, puis continue à racheter des actions Lagardère dès qu'un actionnaire en vend. "Quoi qu’il arrive, Bernard Arnault a face à lui Vincent Bolloré comme premier actionnaire" lâche un proche de l’homme d’affaires breton. Le rapport de force est établi.

Les deux belligérants jouent la même carte: celle de l’explosion de la commandite de Lagardère qui verrouille le groupe au profit de son patron Arnaud. Ce système juridique, rare dans les grandes entreprises (seul Michelin en dispose), donne les pleins pouvoirs à Arnaud Lagardère. Sauf que tout le monde veut y mettre fin: Bernard Arnault, Vincent Bolloré mais aussi les deux autres grands actionnaires que sont le fonds Amber Capital et le Qatar.

L’enjeu: devenir le premier actionnaire

Dans ce jeu, Bernard Arnault associé à Arnaud Lagardère, ont le même intérêt: négocier la part du capital que les actionnaires accepteront de leur donner pour accepter la fin de cette commandite. Ils espèrent en obtenir près de 20% qui, ajouté aux 7,3% existant, offrirait 27% du capital au duo. Grâce aux droits de vote double, il serait majoritaire en assemblée générale et donc indéboulonnables. "Hors de question de supprimer cette commandite pour redonner à Arnaud Lagardère les pleins pouvoirs" assure un grand actionnaire du groupe. Vincent Bolloré continue aussi de monter au capital pour consolider cette place de premier actionnaire et d’empêcher Arnaud Lagardère, et donc Bernard Arnault, de l’obtenir après la fin de la commandite.

Bernard Arnault présente l’avantage d’être au sein de cette commandite, et donc au cœur du pouvoir du groupe Lagardère. Mais il sera prudent car lui joue avec son argent personnel tandis que Vincent Bolloré, certes moins bien placé, investit avec la montagne de cash -près de 5 milliards- dont dispose Vivendi. "Bernard Arnault est plus puissant mais ne fera pas n’importe quoi avec son argent. Quant à Bolloré, les moyens financiers de Vivendi sont immenses" reconnait un patron proche des deux titans. Le seul qui pourrait profiter d’un tel affrontement est Arnaud Lagardère.