BFM Business

Cette solution permet aux cavaliers d'être entraînés à distance par des champions

VIDÉO - Quand un cavalier veut progresser, il doit s'entourer de coachs qualifiés. Mais le choix n'est pas forcément large dans les petits centres équestres. Le système de visioconférence d'Equivisio permet d'abolir les distances et de bénéficier des conseils de professeurs au palmarès international.

La France compte plus de 8000 structures dédiées aux activités équestres. Mais toutes n'ont pas des professeurs exerçant dans la discipline ou le niveau recherché. "Je me suis retrouvée dans cette situation en 2011, après avoir acheté un cheval qui s'est révélé performant. Habitant Toulouse, je ne trouvais pas l'enseignement adéquat pour le faire évoluer", raconte Isabelle Meranger, cofondatrice d'Equivisio. Elle a donc cherché une solution pour abolir les distances et ainsi permettre aux cavaliers de bénéficier d'un enseignement de qualité quel que soit leur lieu de résidence. A l'époque, elle travaillait dans les ressources humaines et avait l'habitude d'utiliser la visioconférence pour ses réunions à distance. Il lui est donc tout naturellement venu à l'esprit de transposer cette technologie à l'univers équestre.

La solution développée par Equivisio repose sur une caméra fixée sur un mât, qui peut être aussi bien installé dehors que dedans. Le cavalier est quant à lui équipé d'un casque audio longue portée afin d'échanger avec son professeur. Ce dernier n'a besoin que d'un ordinateur ou d'une tablette pour suivre son élève et lui prodiguer ses conseils.

La caméra est fixée sur un mât et installée au bord de la piste.
La caméra est fixée sur un mât et installée au bord de la piste. © Equivisio

"Dès que l'élève entend la voix du professeur, il a l'impression qu'il est à ses côtés. Cela ne fait pas de différence avec un cours en présentiel", assure la fondatrice d'Equivisio. Attention toutefois, le service ne s'adresse pas à des cavaliers débutants, mais à des cavaliers confirmés qui ont leur propre cheval et cherchent à se perfectionner, notamment en vue de compétitions.

Avant de parvenir à ce système de visioconférence, il y a eu quelques tâtonnements. "Le plus difficile a été de développer une solution offrant une bonne qualité d'image même avec un débit internet très faible", souligne Isabelle Méranger. En effet, les centres équestres sont souvent situés en campagne, avec un réseau internet de faible qualité. Or, le coach a besoin d'un flux vidéo fluide, sans perte d'image pour suivre le moindre mouvement de son élève et du cheval. C'est aussi pour des raisons de fiabilité que la caméra est reliée au réseau non pas par wifi, mais par câble.

Des cours donnés par des cavaliers de niveau olympique

En plus de la solution technique, Equivisio met en relation élève et professeur. Une trentaine ont rejoint la start-up pour proposer leurs services. Certains ont un palmarès impressionnant, comme Carlos Pinto, cavalier olympique en dressage ou Gwendolen Fer, une des meilleures cavalières françaises. Equivisio leur offre une grande flexibilité dans la gestion de leur emploi du temps. Ils peuvent facilement se libérer une heure dans la journée pour donner un cours à distance alors qu'il est plus problématique de perdre une demi-journée en comptant le temps de transport, pour aller suivre un cavalier à une centaine de kilomètres. Les tarifs s'étalent de 30 à 100 euros l'heure, sur lesquels la start-up prélève une commission.

Les centres équestres qui cherchent à diversifier leurs prestations via ces cours vidéo doivent investir 3000 euros hors taxe pour acquérir les équipements. Pour le moment cinq écuries sont déjà équipées, dont une au Québec, et six sont sur le point de l'être. Six autres centres équestres sont en train d'étudier le procédé. 

Coralie Cathelinais