BFM Business

Ce que Delphine Ernotte prévoit pour France Télévisions

Delphine Ernotte a été désignée jeudi par la CSA pour prendre la présidence de France Télévisions

Delphine Ernotte a été désignée jeudi par la CSA pour prendre la présidence de France Télévisions - Miguel Medina - AFP

La nouvelle patronne du groupe public souhaite "éviter les départs contraints", mais prévoit le "non-remplacement des départs" et une "modération salariale". C’est ce qu’indique le document stratégique publié vendredi par le CSA.

Le voile est désormais levé sur le projet de Delphine Ernotte. La future patronne du groupe France Télévisions prévoit le "non-remplacement des départs" et une "modération salariale" afin d'"éviter tout départ contraint", dans son plan stratégique rendu public ce vendredi 24 avril par le CSA au lendemain de sa nomination.

"France Télévisions est à un moment charnière de son histoire (...) il n'y a pas d'alternative à la réforme et au changement", souligne-t-elle en détaillant son projet de modernisation pour le groupe audiovisuel public.

"Restaurer la confiance sera le premier enjeu", affirme-t-elle, en citant parmi ses priorités "le dialogue avec toutes les parties prenantes de l'entreprise (...) et la maîtrise de la productivité et des coûts".

Un budget rectificatif pour 2015

France Télévisions, qui a enregistré une perte nette de 38,4 millions d'euros en 2014, est déjà engagé dans un vaste plan d'économies et a déjà réduit ses effectifs ces dernières années.

Le groupe est passé en 2014 sous la barre des 10.000 salariés, et a mis en place un plan de départs volontaires pour 2014 concernant 340 postes. Le groupe vise 9.750 postes ETP (équivalent temps plein) courant 2015.

Outre la poursuite de la réduction de la masse salariale, Delphine Ernotte préconise un effort sur les coûts de structure du groupe dès cette année, qui ciblera "prioritairement les frais de siège" et sera inscrit dans un "budget rectificatif 2015".

Les coûts des programmes devront être maîtrisés, ajoute-t-elle: "l'amélioration des programmes ne rime pas nécessairement avec l'augmentation des moyens", écrit la future PDG, qui entrera en fonction fin août. La direction du groupe sera "resserrée" et "paritaire", et les "patrons de chaînes seront responsables de leur exploitation", explique-t-elle par ailleurs.

J.M. avec AFP