BFM Business

Bolloré contre Lagardère: les dessous d'un raid sanglant

-

- - AFP

Le propriétaire de Vivendi a décidé de s’allier au fonds activiste Amber Capital pour entrer en force au conseil de surveillance de Lagardère. Objectif: déboulonner Arnaud Lagardère. Vincent Bolloré lance ainsi son raid trois mois après avoir sauvé la tête du patron de Lagardère. Explications.

Un Vincent Bolloré énervé en vaut deux. Le milliardaire a la réputation, plusieurs fois vérifiée, d’être l’homme d’affaires français le plus agressif. Les batailles qu’il a menées depuis trente ans le prouvent : la banque Rivaud, Bouygues, Lazard, Havas, Vivendi et Ubisoft. A chaque fois, des incursions pleines de bonnes intentions au capital des sociétés... qui tournent au bras de fer, au raid, voire en guerre totale comme chez Havas. Et peut-être désormais chez Lagardère.

Car depuis deux mois, Vincent Bolloré ne décolère pas. "Il est fou furieux" assure un financier proche du groupe Vivendi, que Bolloré contrôle. Le 25 mai dernier, Arnaud Lagardère lui plante un couteau dans le dos en annonçant son association avec Bernard Arnault qui, de fait, entre dans sa société personnelle qui contrôle et verrouille le groupe Lagardère.

Une trahison, un camouflet alors que Vincent Bolloré venait de voler à son secours lors de l’assemblée générale du 5 mai, à peine trois semaines plus tôt. L’héritier de l’empire Lagardère était assailli par le fonds activiste Amber Capital qui demandait sa tête. Dès avril, Arnaud Lagardère, par l’entremise de son "ami" Nicolas Sarkozy avait appelé Vincent Bolloré à la rescousse. Un jeu de dupe: "Arnaud Lagardère connait l’historique de Vincent Bolloré pour s’en méfier", explique une source.

Bolloré, "l'arroseur arrosé"

Pour le propriétaire de Vivendi, il s'agit d'une occasion en or de s’introduire dans un groupe qu’il convoite depuis quinze ans mais qu’il a toujours refusé d’attaquer. "Cela fait des années que des banquiers lui proposent de partir à l’assaut de Lagardère, en vain" s’étonne encore un dirigeant de banque. Mais trois semaines après avoir sauvé la tête d’Arnaud Lagardère, Vincent Bolloré découvre que celui-ci s’associe avec le PDG de LVMH. Vivendi avait déjà entamé des négociations pour racheter à Lagardère ses radios Europe1, RFM et Virgin. Elles sont stoppées sous la pression de Bernard Arnault.

Revers cinglant et inédit pour Vincent Bolloré. "Pourquoi Arnaud Lagardère a-t-il eu besoin de s’allier avec Bernard Arnault ?" fait mine de s’interroger un proche de Bolloré qui peine à cacher sa colère. "Bolloré a été très déçu par son attitude". Le tout-Paris lui rapporte les sobriquets des lieutenants d’Arnaud Lagardère à son encontre : le "cocufié", "l’arroseur arrosé". Dans les communiqués de Vivendi, relus à la lettre par Bolloré, les mots sont ciselés. Ils soulignent "les très mauvais résultats de Lagardère", le "caractère incertain des changements annoncés le 25 mai dernier". La hache de guerre est déterrée.

Le silence de Bernard Arnault

Capable des attaques les plus violentes, Vincent Bolloré humilié semble plus déterminé que jamais. Mardi dernier, il s’est allié au fonds Amber Capital, contre qui il s’est battu à l’assemblée générale du 5 mai dernier pour aider Arnaud Lagardère. Ensemble, ils partent à l’assaut de Lagardère pour déboulonner son patron. Avec 23,5% du capital, il vient d’investir 500 millions d’euros. Lagardère devient un investissement important pour Vivendi. "Il va continuer à monter juste en dessous du seuil d’OPA de 30%" assure un bon connaisseur du dossier.

Amber et Bolloré disposent de 43,5% du capital à eux deux et un peu plus d’un tiers des droits de vote. De quoi faire basculer l’assemblée générale pour imposer quatre administrateurs au sein du conseil de surveillance. Vincent Bolloré lancera dans les prochains jours son offensive pour convoquer une "AG" qu’il tentera d’imposer par la voie judiciaire. En cas de succès, il entrera au conseil de Lagardère pour un face-à-face final et une mise à mort qui fait peu de doute.

La seule question qui demeure : "que va faire Bernard Arnault ?" s’interrogent plusieurs protagonistes du dossier. "La finalisation de son association avec Arnaud Lagardère traîne car il a trouvé des cadavres dans les placard", assure l’un d’eux. "Peut-être va-t-il se retirer et négocier ensuite avec Bolloré". Suite au prochain épisode.