BFM Business

Bolloré chute en Bourse en voulant acheter Havas

La prime que Bolloré doit proposer aux actionnaires d'Havas explique les évolutions en Bourse des titres des deux sociétés.

La prime que Bolloré doit proposer aux actionnaires d'Havas explique les évolutions en Bourse des titres des deux sociétés. - Eric Piermont/Joël Saget - AFP

Les actions Havas et Bolloré connaissent des fortunes diverses à la Bourse de Paris, ce lundi 20 octobre, le premier progressant de +6% quand le second chute de -7%. En cause, la prime que Bolloré consent aux actionnaires d'Havas pour tenter d'obtenir plus de 50% de l'agence de publicité.

Havas et Bolloré connaissent des fortunes opposées à la Bourse de Paris, ce lundi 20 octobre. L'action du groupe dirigé par Vincent Bolloré chute de plus de -7% quand celle du publicitaire, elle, prend plus de +6%.

Vendredi, Bolloré a annoncé vouloir racheter Havas en payant uniquement en actions Bolloré, ce qu'on appelle une offre publique d'échange (OPE) dans le jargon boursier.

L'industriel breton souhaite, via cette opération obtenir "une majorité significative" dans le capital du publicitaire, dans lequel il détient actuellement 37%.

Pour tenter de convaincre les actionnaires d'Havas, cette OPE fait ressortir une prime de 19,5% sur le titre Havas par rapport au cours de clôture de vendredi dernier.

"Pas de surprise"

Or c'est cette prime qui fait la pluie et le beau temps sur les deux actions. Ainsi, dans le cas de Bolloré, "la baisse est due à la prime que propose Bolloré aux actionnaires d’Havas. Cette prime se fait un peu au détriment des actionnaires du groupe Bolloré", confirme Bruno Hareng, analyste financier chez Oddo.

"A l'inverse, l'action Havas est portée par cette prime de 19,5%", poursuit-il.

"C’est une bonne nouvelle pour Havas, et un bon signal envoyé aux actionnaires minoritaires" d'Havas, écrit, sur ce point, Emmanuel Chevalier, analyste du CM-CIC, dans une note.

Au passage, Bruno Hareng rappelle que "lorsqu'il y a une offre publique, il est courant que l'entreprise qui lance l'offre subisse des prises de profits, et que la cible, au contraire, jouisse d'une prime. En ce sens, il n'y a pas vraiment de surprise".

Une hausse limitée pour Havas

Toutefois, l'analyste d'Oddo note que sur l'action Havas, "la hausse pourrait être plus prononcée. Mais on peut penser que plusieurs actionnaires ne vont pas souscrire à l’offre, car ils veulent investir dans la publicité. Or Bolloré est un groupe diversifié".

Les analystes de Société Générale jugent, eux, que la proposition de Bolloré constitue "une opportunité seulement modérément généreuse, mais finalement positive" pour les actionnaires d'Havas.

Pour autant, Bolloré devrait réussir son coup. "Il n'y a pas vraiment de risque, le chiffre de 50% (du capital) devrait être atteint sans problème", juge Bruno Hareng.

Le titre de l'encadré ici

Le texte de l'encadré ici

Julien Marion