BFM Business

Bob Sinclar: produire un disque, "quasiment du mécénat"

Le DJ Bob Sinclar était l'invité de BFM Business, mercredi 27 mars.

Le DJ Bob Sinclar était l'invité de BFM Business, mercredi 27 mars. - -

Le DJ français était l'invité de BFM Business, mercredi 27 mars. Pour distribuer son dernier album, il a choisi de s'associer avec le site vente-privée.com. Explications.

Une fois n’est pas coutume, un DJ de renom était l’invité de BFM Business, mercredi 27 mars. Ce qui n’empêche pas Bob Sinclar d’être imaginatif lorsqu’il s’agit d’économie.

L’artiste, qui sort un nouvel album le 2 avril, a ainsi conclu un partenariat avec le site vente-privée.com pour le distribuer. "C’est important de trouver de nouveaux circuits de distribution. Le CD va forcément disparaître, les gens consomment la musique avec leur téléphone", se justifie-t-il.

C’est aussi l’avis de Jacques-Antoine Granjon, le PDG du site: "vente-privée est un nouveau média, puisqu’on attire 2,5 millions de personnes par jour sur le site, c’est 80 millions de visiteurs uniques par mois. C’est aussi un moyen de distribution qui vient compléter une liste que vous connaissez (Deezer, etc.)".

Pour lui, le site cherche à s’associer à l’image du DJ. Et ce n’est pas une question de rentabilité : "on ne perd pas d’argent sur ce disque, mais on ne réalise quasiment aucune marge. Nous voyons la musique comme un vecteur émotionnel qui nourrit notre marque."

Entre 15.000 et 30.000 euros le concert

Même chose chez Bob Sinclar, qui n’attend pas de revenus exceptionnels issus des ventes de son disque : "la musique, c’est de l’image, c’est ce qui permet ensuite de faire des dates de DJ’s à travers le monde. On ne parle presque plus d’argent, on est content quand on rentre dans nos frais mais pour ma part, en tant que producteur, c’est quasiment du mécénat."

L’artiste est d’ailleurs conscient que l’économie de la musique a bien évolué : Aujourd’hui, "les artistes indépendants peuvent fabriquer leur musique eux-mêmes sur leur ordinateur, fabriquer leur vidéos avec un smartphone, télécharger leur création, etc..."

Reste les dates de concerts, qu’il tarife "entre 0 et 100.000 euros, mais le plus souvent entre 15.000 et 30.000 euros."

Y.D.