BFM Business

BeIN Sports gagne des abonnés, mais sa stratégie peine à convaincre

BeIN Sports dépense près de 300 millions d'euros par an en droits TV.

BeIN Sports dépense près de 300 millions d'euros par an en droits TV. - Jean-Sébastien Evrard - AFP

La chaîne qatarie s’apprête à déposer une offre pour acquérir les droits TV du championnat de France de rugby. Selon nos informations, son parc d'abonnés atteint désormais les 2,5 millions. Mais le seuil de rentabilité reste pour le moment hors de portée.

Le bras de fer entre BeIN Sports et Canal Plus va donc reprendre, lundi 19 janvier, avec le dépôt des offres pour les droits du top 14 de rugby. La chaîne cryptée, qui ne cesse de perdre des abonnés en France depuis deux ans, joue gros. Mais il en est de même pour sa concurrente qatarie.

Car malgré des centaines de millions d’euros dépensés pour obtenir une grande partie des droits mis sur le marché (Ligue 1, Ligue des champions, Europa League, Coupe du monde de football, coupe d’Europe de rugby, handball, NBA), cette dernière est encore loin d’atteindre le seuil de rentabilité. Celui-ci est en effet estimé à 5 millions d’abonnés quand la chaîne en compte environ 2,5 millions, d’après les informations de BFM Business.

120 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2013

En attendant, BeIN Sports creuse ses pertes. Selon nos informations, la chaîne a réalisé un chiffre d’affaires de 120 millions d’euros en 2013, quand ses investissements dans les droits de diffusion des programmes ont dépassé les 300 millions d’euros et les coûts annexes 50 millions d’euros.

En 2014, la situation pourrait s’être un peu améliorée, notamment grâce à l’augmentation du nombre d’abonnés, mais aussi du prix de l’abonnement (de 11 à 12 euros environ). Le chiffre d’affaires pourrait ainsi se situer au-dessus de 150 millions d’euros. Les droits acquis, auxquels il convient d’ajouter la production et le marketing, devraient coûter un peu moins de 400 millions d’euros. Soit une perte nette de 250 millions d’euros maximum. 

Les projections économiques, elles, donnent le vertige. Une étude microeconomix – certes commandée par Canal Plus – évaluait récemment les pertes cumulées à1,8 milliard d’euros à l’horizon 2020, sur la base d’un nombre d’abonnés plafonnant à 2 millions.

Le Top 14 pourrait changer la donne

Les droits TV du Top 14, remis en jeu au terme d’un feuilleton rocambolesque, pourraient toutefois représenter un tremplin non négligeable vers la rentabilité. Selon une étude Ipsos, cette fois pour BeIN Sports, un million d’abonnés des chaînes Canal Plus seraient prêts à rejoindre la concurrence si celle-ci diffuse le Top 14 (qui constitue la deuxième motivation d'abonnement derrière la Ligue 1). Et la chaîne qatarie estime à un million le nombre d’abonnés primoaccédants potentiels.

Le gain ne serait pas négligeable, puisque ce seraient donc 2 millions d’abonnés supplémentaires qui pourraient rejoindre les rangs de BeIN Sports, selon la chaîne. Un chiffre qui laisse cependant perplexe certains analystes, qui évoquent plutôt une fourchette située entre 500.000 et un million d’abonnés conquis. Mais dans les deux cas, le jeu en vaudrait la chandelle.

Le projet de la chaîne qatarie s’inscrit donc sur le long terme. Mais financièrement, il s'agit bien là de la seule certitude.

Quels sports intéressent le plus les abonnés?

Pour comprendre l'importance que revêt la future attribution des droits du Top 14, voici le classement des sports motivant l'abonnement à Canal Plus. 

>Football : 80-90%

>Rugby : 50-60%

>Tennis : 20-30%

>Basket : 20-30%

>Formule 1 : 20-30%

>Handball : 20-30%

Source: C+

Yann Duvert avec Simon Tenenbaum