BFM Business

Audiences: France Télévisions qui rit, TF1 et Canal Plus qui pleurent

Les audiences de France 2 ont notamment été portées par le jeu "N'oubliez pas les paroles"

Les audiences de France 2 ont notamment été portées par le jeu "N'oubliez pas les paroles" - France 2

En 2015, France 2 et France 5 ont vu leurs audiences progresser, tandis que la Une tombait à son plus bas historique. Revue de détail.

France Télévisions

France 2 progresse de 0,2 point. C'est la deuxième année consécutive que la Deux progresse, ce qui ne lui était pas arrivé depuis 20 ans. Un résultat dû notamment aux bons scores de la fiction française: Dix pour cent, Chefs, les Témoins, Disparue... Mais aussi à l'information: le journal de 20 heures est à son plus haut niveau depuis 2008, et n'a jamais été aussi proche de celui de TF1. Et au succès du jeu N'oubliez pas les paroles en avant soirée.

Autre chaîne qui progresse: France 5, qui gagne 0,2 point, porté notamment par son avant-soirée: C à dire, C dans l'air et C à vous. De son côté, France 4 gagne 0,1 point, à 1,7%, mais reste loin des 2,1 points enregistrés en 2012. De son côté, France 3 régresse légèrement (-0,2 point).

Au final, les chaînes publiques affichent une audience globale de 29,2%, en progrès de +0,4 point. Pour la seconde année consécutive, elles dépassent le groupe TF1, désormais très nettement. 

TF1

L'audience de la Une a atteint un nouveau plus bas historique, reculant de 1,5 point pour tomber à 21,4%, soit -de très loin- la plus forte chute toutes chaînes confondues.

En avant soirée, TF1 se fait dépasser depuis le printemps sur les ménagères de moins de 50 ans par N’oubliez pas les paroles.

En soirée, plusieurs formats à bout de souffle ont subi des échecs retentissants. En juin, le premier épisode de la 5ème saison de Master chef n'a réuni que 13,6% des spectateurs (contre 21% un an plus tôt), soit le pire score en prime time de l’année -l’émission a été exilée sur NT1 après le 2ème épisode. En août, le lancement de la 9ème saison de Secret story n'a réuni que 12,9% des spectateurs (contre 17,8% un an plus tôt).

Maigre consolation: TF1 a trusté 98 des 100 meilleurs audiences de l'année.

En outre, TF1 souligne avoir redressé la barre depuis septembre, avec une part d'audience repartie à la hausse (+0,4 point), notamment grâce à des succès en fiction française (Une chance de trop, les Mystères du lac), et en variétés (Danse avec les stars, The voice kids). Et pour l'année qui démarre, la Une compte beaucoup sur son nouveau format, Ninja warrior.

M6

Depuis plusieurs années, le président du directoire Nicolas de Tavernost jure que jamais la Six ne passera jamais sous les 10% d'audience. C'est raté, mais de peu: la part d'audience s'établit à 9,9%.

Mais la situation de la Six est l'inverse de la Une. Les formats anciens, souvent reliftés, ont vu leur audience progresser, comme Top chef, le Meilleur pâtissier, Cauchemar en cuisine, Recherche appartement ou maison, Maison à vendre, ou la France a un incroyable talent.

Côté nouveautés, le bilan est plus mitigé. La Six a tenté bien plus d'innovations que la Une. Certaines ont été des succès, comme The island ou Qui est la taupe? D'autres ont été des fiascos retentissants, comme the Apprentice (déprogrammé au bout de deux semaines) ou Tout peut arriver (exilé sur W9 après deux numéros).

Canal Plus

Vincent Bolloré s'est nommé président du conseil de surveillance de la chaîne cryptée le 3 septembre, a mis à la porte la quasi-totalité de l'état major, et repris personnellement en main les programmes, imposant par exemple Maïtena Biraben à la présentation du Grand journal, ou exilant les Guignols dans les programmes cryptés de la chaîne.

En termes d'audience, le bilan est calamiteux. Depuis septembre, la part de la chaîne est tombée à 2,4%, contre près de 3% un an plus tôt. Toutes les émissions en clair ont perdu des spectateurs, à commencer par le Grand journal, qui a perdu quasiment la moitié de ses fidèles par rapport à l'an dernier (3,2% d'audience contre 5,6%).

NRJ 12

On allait voir ce qu'on allait voir: une augmentation du coût de grille de 30% à 40%; un nouveau directeur, Vincent Broussard, venu du groupe TF1; des animateurs stars comme Benjamin Castaldi ou Valérie Damidot; une mise à la porte de Cauet et Matthieu Delormeau...

Au final, cette énième relance de la chaîne du groupe NRJ est un échec cuisant. L'audience est de 1,8% sur l'année (et de 1,6% depuis septembre), loin des 2% espérés, et des 3,6% nécessaires pour atteindre l'équilibre. En particulier, les émissions de Benjamin Castaldi et Valérie Damidot ont rapidement quitté l'antenne faute d'audience. Un échec qui laisse toujours sans réponse la question de fond: quel est le bon positionnement pour NRJ 12?

Les parts d'audience en 2015 sur les > 4 ans (évolution par rapport à 2014)

TF1: 21,4% (-1,5) France 2: 14,3% (+0,2) M6: 9,9% (-0,2) France 3: 9,2% (-0,2) D8: 3,5% (+0,2) France 5: 3,4% (+0,2) TMC: 3,1% (=) Canal Plus: 2,6% (=) W9: 2,6% (=) BFM TV: 2,3% (+0,3) Arte: 2,2% (+0,2) NT1: 1,9% (+0,1) NRJ 12: 1,8% (-0,1) Gulli: 1,6% (-0,2) France 4: 1,7% (+0,1) RMC Découverte: 1,3% (+0,3) D17: 1,2% (=) HD1: 1,2% (+0,3) 6ter: 1,1% (+0,4) iTélé: 1% (-0,1) France Ô: 0,6% (+0,1) Numéro 23: 0,6% (+0,1) Chérie 25: 0,7% (+0,4) L'Equipe TV: 0,5% (+0,2)

Jamal Henni