BFM Business

Apple TV+, la future machine à cash d'Apple?

Ce vendredi, la marque à la pomme lance son service de vidéo à la demande Apple TV+. Un concurrent sérieux pour Netflix même si les deux acteurs ne jouent pas (encore) dans la même catégorie. Mais si Apple ne proposera que peu de contenus, l'entreprise dispose d'autres arguments pour convaincre et faire grossir ses revenus.

Tout va bien du côté de Cupertino, Californie. Mercredi, Apple a encore affiché des résultats impressionnants au 4ème trimestre de son exercice: 55,26 milliards de dollars de bénéfice sur l'année. Si c'est en baisse de 7% par rapport à 2018, ce chiffre reste supérieur aux attentes.

Et ce n'est pas tant du côté des ventes d'iPhone (une nouvelle fois en baisse) que la marque à la pomme se démarque singulièrement mais plutôt avec son activité de services, qui a généré 12,51 milliards de dollars, 18% de mieux qu'à la même période l'an dernier.

Ce vendredi, le groupe accélère justement un peu plus dans cette direction avec le lancement de son très attendu service de vidéo à la demande, baptisé Apple TV+. Dans un marché très concurrentiel, dominé par Netflix, il espère bien convaincre son énorme communauté de s'abonner à ce nouveau service, qui se veut différent des rivaux.

Steven Spielberg, Oprah Winfrey...

Apple a ainsi choisi la qualité plutôt que la quantité. A peine quelques dizaines de programmes disponibles (contre plusieurs centaines voire plusieurs milliers pour les principaux concurrents) mais des programmes très attendus, avec des grands noms d'Hollywood : Steven Spielberg, Oprah Winfrey ou encore Jennifer Anniston. Avec sa trésorerie sans fond, Apple a ainsi mis la main au portefeuille pour soigner son catalogue: 6 milliards de dollars, selon le Financial Times.

Mais pour son patron Tim Cook, le streaming fait partie des meilleurs leviers de croissance pour générer de nouveaux revenus. Pour percer, il peut d'abord compter sur l'importance du parc installé : près de 1,5 milliard d'appareils iOS dans le monde. Apple TV+ peut donc facilement trouver sa place aux côtés de services existants. Un pack qui combinerait cette nouvelle offre avec Apple music serait d'ailleurs dans les tuyaux pour assurer son avenir.

D'autant plus qu'Apple offrira son nouveau service pendant un an aux acheteurs d'iPhone. Une manière indirecte de baisser (un peu) la facture des coûteux smartphones siglés de la pomme et d'imposer facilement son streaming maison.

Mais la concurrence arrive

L'autre argument d'Apple, c'est le prix. Son service ne coûtera que 4,99 euros par mois, soit un des tarifs les moins chers du marché. Face à lui, Netflix débute ses tarifs à 7,99 euros mais pour obtenir la haute-définition, il faut passer à 11,99 euros par mois. 

Reste qu'Apple devra faire avec de nouveaux gros acteurs en approche. D'abord Disney+, qui débarque le 12 novembre avec un ensemble de licences très lucratives (Marvel, Star Wars…) mais surtout HBO Max, en mai 2020. La chaîne américaine compte frapper fort avec un énorme catalogue et des séries phares comme Games of Thrones, Friends ou encore South Park. La guerre du streaming ne fait donc que commencer.

Thomas Leroy