BFM Business

Airbnb devient collecteur de taxes pour la Ville de Paris

-

- - Jsutin Sullivan - Getty Images - AFP

Un décret publié début août permet aux plateformes de location entre particuliers de collecter la taxe de séjour pour la reverser directement aux mairies. Airbnb va mettre en place le dispositif le 1er octobre à Paris et l'étendre ensuite à la France entière.

Une nouvelle ligne va apparaître à compter du 1er octobre sur la facture payée par les voyageurs ayant choisi de faire appel à Airbnb pour un séjour à Paris. Elle correspond à la taxe due pour la catégorie "meublés touristiques non classés" et comprend la taxe municipale et la taxe départementale, rappelle le Figaro de ce 25 août.

D'un montant de 83 centimes par nuit et par personne, elle était déjà payée par les voyageurs passant par le site de locations d'appartements entre particuliers. Mais son versement aux collectivités était alors assuré par les hébergeurs, pas toujours très coopératifs ni très au fait de la législation. Une situation notamment dénoncée par les hôteliers, inquiets de voir l'essor de cette formule d'hébergement leur grignoter toujours plus de parts de marché.

Paris première destination touristique pour Airbnb

Dans un souci de simplification, mais aussi pour améliorer la collecte de cette taxe, un décret publié début août permet aux plateformes de location entre particuliers de collecter la taxe de séjour pour la reverser directement aux mairies. Airbnb a d'abord testé ce processus d'automatisation à Chamonix avant de le mettre en place dans la capitale qui recense plus de 40.000 appartements ou chambre à louer. "Nous sommes fiers de lancer ce processus fiscal simple et efficace dans notre première destination mondiale, et de permettre ainsi à Paris de mieux percevoir cette importante source de revenus de la part de nos voyageurs", explique Nicolas Ferrary, directeur France d'Airbnb dans un communiqué.

Pour Paris, la taxe de séjour est une ressource financière importante. D'autant que la municipalité en a considérablement relevé le montant le 1er mars et élargit l'assiette en créant la catégorie des "meublés non touristiques ou en attente de classement". Cette taxe devrait rapporter 80 millions d'euros en année pleine.

Mais la capitale n'est qu'une première étape. Airbnb va étendre progressivement le processus de collecte automatique aux autres villes de France.

C.C.