BFM Business

Crash du 737 max : Boeing accuse le coup

-

- - -

Le crash d'un 737 max-8 de la compagnie Ethiopian Airlines a fait 157 morts. C'est le deuxième accident en 5 mois pour un 737 max. A Wall Steet le titre est malmené.

Le 737 est l'avion le plus vendu dans l'histoire de Boeing... Et c'est celui qui reste au cœur de la stratégie du groupe.

La nouvelle version remotorisée, le 737 max, affiche un carnet de commande bien rempli: plus de 5000 exemplaires doivent sortir des usines, l'équivalent de 7 ans de production. La famille 737 max comprend 4 appareils dont les capacités en nombre de passagers varient de 172 à 230 sièges. Son rayon d'action s'échelonne entre 5 900 et 7 000 kilomètres.

Le monocouloir permet, selon son constructeur, un coût d’exploitation inférieur de 8% à celui de son concurrent l'A320 Neo d'Airbus.

L'heure des doutes

Ce deuxième crash d'un 737 max en l'espace de 5 mois vient semer le doute sur les capacités de l'appareil... Au mois d’octobre dernier, un appareil de la compagnie Lion Air s'était écrasé quelques minutes après son décollage avec 189 passagers à bord. Une faiblesse du système anti-décrochage et un défaut de maintenance ont été évoqué dans le rapport d'enquête préliminaire du régulateur indonésien.

Dans la foulée, Boeing avait adressé une note aux compagnies aériennes rappelant aux pilotes le comportement à adopter en cas données erronées en provenance de certains capteurs.

Dans le cas du crash de ce week-end, le PDG d'Ethiopian Airlines explique que, "le pilote a mentionné qu'il avait des difficultés et qu'il voulait rentrer" et "il a eu l'autorisation" de faire demi-tour et de repartir vers Addis Abeba." Pour l'heure, les deux boites noires de appareil ont été retrouvées; en attendant les résultats de l'enquête, par mesure de précaution, Ethiopian Airlines à immobilisé la totalité de sa flotte. Dans le foulée, la Chine et l'Indonésie ont décidé à leur tout de clouer au sol tous les 737 max.

Ce nouvel accident est un coup dur pour Boeing car "Le 737 max est un programme essentiel pour l'entreprise" explique Michel Merluzeau, directeur de Aerospace & Defence market Analysis, "il représente 64% de la production totale du constructeur jusqu'en 2032. Les prochaines 24h seront clefs", ajoute l'expert, "car Boeing va devoir rassurer aussi bien les voyageurs que les investisseurs sur la fiabilité de son avion". A Wall Street, le titre a perdu 9% dès l'ouverture.