BFM Business

Coronavirus: Le PDG de Kering, François-Henri Pinault, réduit son salaire de 25%

Le don de la famille Pinault restera destinée à la Fondation Notre-Dame, même si la restauration de la cathédrale s'avérait moins coûteuse que prévu

Le don de la famille Pinault restera destinée à la Fondation Notre-Dame, même si la restauration de la cathédrale s'avérait moins coûteuse que prévu - AFP

Le patron du groupe Kéring va réduire son salaire de 25% entre avril et décembre. Il renonce en outre à sa rémunération variable au titre de l'exercice 2020.

François-Henri Pinault, PDG du groupe de luxe Kering, va réduire de 25% son salaire fixe entre avril et décembre et renonce à sa rémunération variable au titre de l'exercice 2020, en raison de "l'impact économique" du Covid-19, selon un communiqué vendredi.

La rémunération fixe de François-Henri Pinault s'établissant, depuis 2017, à 1,2 million d'euros, il touchera ainsi 960.000 euros en 2020 en vertu de cette décision prise "dans le contexte de la pandémie de Covid-19 et de son impact sur l'activité économique". Quant à sa rémunération variable au titre de l'exercice 2020, elle n'est pas encore connue car elle sera, entre autres, établie sur la base des résultats financiers obtenus par le groupe en 2020.

Mais au titre de l'exercice 2019, les actionnaires devront se prononcer le 23 juin lors de l'assemblée générale de Kering sur la proposition d'une rémunération variable d'un montant de 947.000 euros pour François-Henri Pinault. Ce salaire variable avait été de 1,9 million au titre de l'exercice 2018.

Politique de rémunération 2020 révisée

Dans son communiqué, Kering - qui détient notamment les marques Gucci, Saint Laurent, Balenciaga ou encore Bottega Veneta - indique que le directeur général délégué du groupe, Jean-François-Palus, renonce également à sa rémunération variable annuelle au titre de l'année 2020. 

A titre de comparaison, l'AG du groupe en juin devra se prononcer sur un salaire variable de Jean-François Palus d'un montant de 816.000 euros pour l'exercice 2019. Kering précise que ces décisions ont été validées par le conseil d'administration du groupe, qui soumettra donc "une politique de rémunération 2020 révisée au vote des actionnaires lors de la prochaine assemblée générale".

En France, en pleine épidémie de coronavirus, plusieurs dirigeants d'entreprises ont annoncé renoncer à une partie de leur salaire, notamment chez Michelin, Renault ou encore Sodexo.

P.L avec AFP