BFM Business

Coronavirus: Boeing annonce un plan de départs volontaires

Le secteur aéronautique est parmi les premières victimes économiques de la pandémie de Covid-19 et Boeing était déjà englué dans la crise de son 737 MAX

Le secteur aéronautique est parmi les premières victimes économiques de la pandémie de Covid-19 et Boeing était déjà englué dans la crise de son 737 MAX - MANDEL NGAN / AFP

Dans un courrier adressé à ses salariés, Dave Calhoun, le directeur général de Boeing confirme son intention d'ouvrir un plan de départs volontaires.

Déjà englué dans la crise de son 737 MAX, Boeing affronte une nouvelle tempête avec le Covid-19. Dans un courrier adressé au personnel, Dave Calhoun, le directeur général de Boeing, annonce l'ouverture d'un plan de départs volontaires pour "faire face à l'impact de la pandémie de coronavirus".

"Nous prenons des mesures - y compris ce plan de départs volontaires - sur la base de nos connaissances à ce jour. Ces mesures vont nous mener jusqu'à la reprise à condition que nous ne soyons pas confrontés à d'autres défis", écrit Dave Calhoun à tous les employés du groupe

Le dirigeant n'a pas encore donné de détails de ce plan. Ces informations devraient être dévoilées dans "trois à quatre semaines". Le directeur général David Calhoun et le président du conseil d'administration Larry Kellner ont déjà renoncé à leur rémunération jusqu'à la fin de l'année. Il y a peu, Boeing a aussi été contraint de suspendre les activités des usines du Puget Sound, près de Seattle.

Invoquant leur poids dans l'économie et les risques sociaux d'éventuelles faillites, Boeing et les compagnies aériennes américaines réclament un sauvetage public inédit. American Airlines compte demander au gouvernement une aide de 12 milliards de dollars afin d'affronter la crise.

Le transport aérien est l'un des secteurs économiques les plus affectés par le Covid-19. La plupart des vols transatlantiques des compagnies américaines ont été suspendus, tandis qu'entre 40 à 70% de leurs lignes intérieures sont à l'arrêt. 

Pascal Samama avec AFP