BFM Business

Conforama - Amazon : « Une transformation profonde du commerce »

Conforama a annoncé un plan de restructuration pour 2020.

Conforama a annoncé un plan de restructuration pour 2020. - DENIS CHARLET / AFP

Amazon a annoncé la création de 1.800 emplois tandis que Conforama en supprimera 1.900 en 2020. Pour la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, la « coïncidence des deux chiffres » illustre la transformation du commerce.

Un symbole des mutations du commerce en France ? L’enseigne d’ameublement et d’électroménager Conforama, propriété du groupe sud-africain Steinhoff, s’apprête à supprimer près de 2.000 emplois, et 42 de ses 235 magasins baisseront le rideau l’année prochaine, au moment où le géant américain du commerce en ligne Amazon annonce la création de 1.800 postes dans l’Hexagone.

« Les magasins traditionnels font face effectivement à une transformation très profonde », a observé la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, Agnès Pannier-Runacher, estimant que la « coïncidence des deux chiffres » montrait bien cette transformation. Elle a néanmoins tenu à rappeler la situation « particulière » dans laquelle est empêtré Conforama et ses 14.000 salariés, dont 9.000 en France.

« La maison mère est une société sud-africaine qui vient de traverser beaucoup de difficultés qui n’ont rien à voir avec Conforama mais dont Conforama paye un peu les pots cassés », a fait valoir la secrétaire d’Etat. « On les a accompagnés pour éviter la cessation de paiement ces deux dernières années. Aujourd’hui le pouvoir a été repris par les créanciers », a-t-elle poursuivi, soulignant que l’objectif du gouvernement est d’essayer de réduire le plan social et de s’assurer qu’un maximum de personnes pourront retrouver un emploi.

L’enseigne d’ameublement a confirmé mardi le lancement d'un plan de « transformation profonde et nécessaire » passant par la suppression de 1.900 postes en France, et la fermeture de 32 magasins Conforama et de 10 magasins Maison Dépôt sur les 235 que compte le groupe dans le pays. « Depuis 2013, Conforama en France a cumulé des pertes qui s’élèvent à près de 500 millions d’euros », a précisé l’entreprise, qui juge nécessaire des mesures « fortes et rapides » pour « assurer sa pérennité » et « sauvegarder le plus d’emplois possible sur le long terme ».

« Le magasin physique a de l’avenir »

Outre les difficultés financières de la maison-mère sud-africaine Steinhoff, engluée dans un scandale financier lié à des irrégularités comptables, l'enseigne a dû faire face aux « mutations profondes du secteur de la distribution et plus particulièrement celui de la distribution spécialisée », couplée à une concurrence exacerbée. « Dans ce contexte, notre enseigne ne s'est pas suffisamment adaptée et subit une forte baisse de rentabilité de son réseau de magasins », constate Conforama.

Une bascule vers le numérique qui n’est pas forcément évidente pour les commerces traditionnels. « Dans les cinq ans qui viennent, il est absolument indispensable, pour les indépendants comme pour les grandes enseignes, d’avoir au moins un canal de communication sur internet pour pouvoir attirer les clients », a noté Agnès Pannier-Runacher. « Il faut absolument accompagner les commerçants. C’est ce qu’on fait », a-t-elle ajouté.

« C’est une transformation des emplois [...] avec un risque de casse sociale et c’est pour ça qu’on est extrêmement attentif à pousser les entreprises à anticiper ces situations. […] Le magasin physique a de l’avenir mais il doit transformer sa façon d’accueillir le client et il doit avoir nécessairement une continuité en ligne », a conclu la secrétaire d’Etat.

La rédaction