BFM Business

Cinq syndicats appellent à la grève le 27 mai

La CGT, la CFDT, la FSU, l'Unsa et Solidaires appellent à une journée de grèves et de manifestations le 27 mai pour la défense de l'emploi, des salaires et des retraites. /Photo prise le 8 mars 2010/REUTERS/Charles Platiau

La CGT, la CFDT, la FSU, l'Unsa et Solidaires appellent à une journée de grèves et de manifestations le 27 mai pour la défense de l'emploi, des salaires et des retraites. /Photo prise le 8 mars 2010/REUTERS/Charles Platiau - -

PARIS - Cinq syndicats français appellent à une journée de grèves et de manifestations le 27 mai pour la défense de l'emploi, des salaires et des...

PARIS (Reuters) - Cinq syndicats français appellent à une journée de grèves et de manifestations le 27 mai pour la défense de l'emploi, des salaires et des retraites.

La CGT, la CFDT, la FSU, l'Unsa et Solidaires souhaitent "interpeller les pouvoirs publics, tous les employeurs et peser sur les choix à venir", lit-on dans leur déclaration commune.

Ces syndicats, qui ont manifesté ensemble pour le 1er-Mai, critiquent le gel en valeur des dépenses de l'Etat et les économies prévues à partir de 2011 annoncées jeudi.

"CFDT, CGT, FSU, Solidaires, Unsa condamnent cette annonce et considèrent que la réduction des déficits ne peut être envisagée sans assurer la cohésion sociale et la réduction des inégalités, en particulier par une fiscalité plus redistributive", écrivent-ils.

Concernant la future réforme des retraites, ils jugent que "la concertation en cours, le calendrier extrêmement serré imposé n'offrent pas une qualité de dialogue social acceptable pour répondre à un tel enjeu de société".

Ils déplorent aussi que "les seuls éléments de la réforme proposée restent le recul de l'âge légal de départ à la retraite et l'allongement de la durée de cotisation dans un cadre budgétaire constant".

Le gouvernement doit présenter mi-mai des premières pistes pour la réforme des retraites et veut présenter le projet de loi au Parlement en septembre.

Jean-Baptiste Vey, édité par Pascal Liétout