BFM Business

L'immobilier américain est en plein essor

Aux Etats-Unis, les prix du terrain et de la construction augmentent, et les maisons se vendent en un clin d'oeil.

Aux Etats-Unis, les prix du terrain et de la construction augmentent, et les maisons se vendent en un clin d'oeil. - -

Alors que s’ouvre ce 18 juin la réunion de la Fed, l’économie américaine montre des signes de reprise évidents. Une illustration avec la spectaculaire reprise du secteur immobilier.

Le comité de politique monétaire de la Fed se réunit à partir de ce 18 juin, et pour deux jours. Grace à sa politique de soutien avec le rachats d'actifs, l’économie américaine montre des signes de reprise. Comme par exemple le secteur immobilier, si éprouvé par la crise des subprimes.

Ainsi Marty Mitchell est un homme heureux. Promoteur immobilier dans la banlieue de Washington son activité est en plein boom. En tant que petit entrepreneur, il dit en avoir vu de toutes les couleurs depuis 7 ans mais "cette fois nous sommes vraiment sortis d'affaire" explique-t-il.

Sa société Mitchell & Best estime qu'elle vendra 40% de maisons en plus cette année que l'an passé. Il les vend entre 700.000 et 1 million et demi de dollars.

Les ventes de maisons en hausse

Marty Mitchell est l'illustration de la spectaculaire amélioration du secteur immobilier. L'indice de l'association nationale des promoteurs a été publié hier et il n'avait jamais été aussi bon depuis 2006.

Le prix du terrain a augmenté, le matériel a augmenté, le coût du travail a augmenté, les promoteurs n'en ont que faire. Ils augmentent le prix de leurs maisons et elles se vendent en un clin d'œil. Les Américains ont retrouvé la confiance. Ils se lancent.

Seule petite ombre au tableau : les analystes qui estiment que cette ruée vers la maison neuve est liée au fait que les Américains se précipitent en anticipant une hausse des taux d'intérêts. Que se passera-t-il lorsque les taux remonteront ? C'est une interrogation qui ne concerne pas seulement l'immobilier.

>> A LIRE AUSSI- Etats-Unis: Obama envisage l'après Bernanke

Jean Bernard Cadier et correspondant à New York