BFM Business

Immobilier: faut-il acheter ?

Les taux immobiliers ont atteint un plus bas historique en août 2012

Les taux immobiliers ont atteint un plus bas historique en août 2012 - -

Taux immobiliers au plus bas, prix en léger recul, le moment semble idéal pour investir. Mais reste à savoir pour combien de temps.

Bonne nouvelle pour les futurs acheteurs, les taux immobiliers ont atteint un plus bas historique en août. En effet, à Nantes, ils ressortent à 3,15% sur 20 ans, soit un niveau inférieur au record d’octobre 2010 (3,20% sur 20 ans), selon Meilleurtaux.

D’après le classement du courtier en ligne, Strasbourg arrive à la seconde place (exæquo avec Lille) avec 3,30% sur la même période. Paris gagne deux places grâce à la plus forte baisse du mois (3,37% en août contre 3,60% en juillet), et arrive cinquième.

Cette baisse des taux a pour conséquence directe un pouvoir d’achat globalement en hausse, selon Meilleurtaux. Ainsi, à Nantes, il est possible d'acquérir 66,4 m² pour une mensualité de 1000 euros sur 20 ans soit 1 m² de plus que le mois dernier. Fait rare : les prix sont restés quasiment stables à Paris sur un mois, permettant ainsi une remontée du pouvoir d'achat au-delà des 20 m² pour 1000 euros de mensualité.

Une conjoncture incertaine pour la rentrée

Néanmoins, le courtier Empruntis ne se risque pas à donner un pronostic pour la rentrée. "La baisse du taux directeur de la BCE devrait maintenir les taux à un bas niveau (…) mais la tension sur les marchés rend les banques méfiantes entre elles", souligne Maël Bernier, directrice de la communication chez Empruntis.

Une inquiétude partagée par Sébastien de Lafond, président de MeilleursAgents qui remarque que les taux les plus bas sont toujours "réservés aux rares acheteurs qui répondent strictement à des critères de solvabilité drastiques". Mais surtout, il note la frilosité du marché. Les acheteurs veulent de réelles baisses de prix (de 10 à 20%) alors que les vendeurs campent sur leurs positions. Les prochaines décisions du gouvernement (fiscalité, loyers, …) seront déterminantes.

De leur côté, les Notaires tablent sur une légère hausse des prix pour fin 2012 à Paris, ainsi que sur un scénario très contrasté pour le reste de la France. Et 2013 devrait être "l’année de tous les dangers".

Diane Lacaze