BFM Business

Bercy autorise les indépendants à puiser dans leur caisse de retraite pour se verser une aide

Proposée par la CPME, cette aide, qui pourra aller jusqu'à 1250 euros, consiste à verser l'équivalent de la part de retraite complémentaire payée par les indépendants. Selon BFM Business, l'exécutif a donné son accord.

Feu vert du gouvernement pour "l'indemnité de perte de gains" proposée par la CPME. Selon les informations de BFM Business, cette aide qui pourra aller jusqu'à 1250 euros (net de charges et d'impôts) sera bien versée aux indépendants par le Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants, présidé justement par la CPME. 

Concrètement, il s'agit de puiser dans les caisses de retraite complémentaire des indépendants, qui disposent d'un excédent de l'ordre de 17 milliards d'euros. La somme versée ne pourra donc excéder le montant des cotisations à la retraite complémentaire des indépendants (ex-RCI).

Seules conditions pour en bénéficier : avoir été en activité au 15 mars 2020 et avoir été immatriculé avant le 1er janvier 2019. Et pour la percevoir, aucune démarche à effectuer puisque l'aide va être automatiquement versée par l'Urssaf sans qu'aucune demande ne soit nécessaire.

Pas d'impact sur les finances publiques

Elle sera aussi cumulable avec l'aide de 1500 euros versée par le fond de solidarité, sauf que cette fois, elle ira directement dans la poche du chef d'entreprise et non pas dans son entreprise. La mesure, enfin, n'aura aucun impact sur les finances publiques. 

La proposition avait été faite, sur BFM Business, par le président de la CPME François Asselin, la semaine dernière. "Alors il ne s'agit pas de vider ces caisses, on en aura besoin pour demain" soulignait-il alors. "Néanmoins, on a une possibilité au niveau de ces caisses de donner (…) un peu de rémunération qui arrivera directement dans la poche de l’indépendant." Et de souligner alors: "On peut estimer qu'on arriverait globalement de l'ordre de 6 ou 7% de l'équivalant d'une rémunération annuelle. Donc c'est un petit mois de salaire". 

Thomas Leroy avec Caroline Morisseau