BFM Business

Aucun engagement sérieux ne peut être pris par les entreprises

L’Insee évalue à 60 000 emplois supplémentaires les conséquences du CICE en 2014.

L’Insee évalue à 60 000 emplois supplémentaires les conséquences du CICE en 2014. - -

Le président de la République devrait préciser ce mardi après-midi ce qu’il entend par "pacte de responsabilité". Mais la réelle efficacité des allègements de charges pose question.

Derrière cette soi-disant approche nouvelle de sa part de l’économie, demeure l’idée que l’emploi, la croissance peuvent se négocier. Les entreprises sont certainement partantes pour que l’on réduise leurs impôts et leurs charges, mais l’idée qu’elles peuvent créer un million d’emplois, comme l’annonce notamment le Medef, est illusoire.

Nous allons enfin savoir à quoi nous en tenir sur le pacte de responsabilité

Il faut l’espérer. Ce qui est déroutant est cette notion de "pacte", comme si l’avenir de l’économie se négociait. Que l’économie française soit handicapée par des impôts trop lourds trouvant leur origine dans un niveau record des dépenses publiques, tout le monde en est d’accord. Et la nécessité de faire les 60 milliards d'euros d’économie annoncés il y a plus d’un an par la président de la République afin de baisser les impôts est admise par tous.
Mais parler de "social-libéralisme" à propos de la démarche du pacte de responsabilité est excessif, car le président veut en quelque sorte conditionner son action à des engagements que les entreprises ne peuvent pas tenir. C’est le retour de ce que l’on appelait dans les années 60 "l’économie concertée" et qui a échoué. C’était l’époque des grandes négociations entre partenaires sociaux et l’Etat avec comme résultat le plan, dont on disait qu’il était une ardente obligation. Tout cela a disparu car aucun engagement sérieux ne peut être pris par les entreprises en termes d’emplois et de croissance. Elles dépendent de leurs débouchés, qui dépendent eux-mêmes d’énormément de paramètres qui en partie leur échappent.

On s'oriente en fait vers une consolidation du CICE

Probablement ; on peut penser que dans la logique de ce dispositif, les cotisations familiales seront mises à la charge de l’Etat, avec comme mission pour lui de trouver de quoi les financer, c'est-à-dire de trouver 35 milliards d'euros.
Le problème qui demeure est celui de l’efficacité réelle de ces allègements de charge. L’Insee évalue à 60 000 emplois supplémentaires les conséquences du CICE en 2014. Pour un coût de 18 milliards d'euros, cela met l’emploi créé à 300 000 euros de coût unitaire pour les finances publiques. Cela revient plus cher que de créer des emplois de fonctionnaires ! On comprend que le président de la République veuille des engagements ; on comprend surtout que la multiplication des usines à gaz est assez vaine. Finalement, ce que l’on attend de l’Etat, c’est qu’il réduise ses dépenses et simplifie les règles mais surtout qu’il laisse les entreprises s’organiser elles-mêmes.

Jean-Marc Daniel