BFM Business

Taxation des dépôts: "les Français peuvent dormir tranquille" rassure Frédéric Oudéa (Société Générale)

Depuis plusieurs mois, certaines banques étrangères, pénalisées par les taux bas, n'hésitent plus à taxer les dépôts à partir d'un certain montant. "Les banques réfléchissent à cela sur des clients qui sont des professionnels en fait, pas des clients lambda" tempère le patron de la Société Générale

C'est désormais devenu une réalité chez certains de nos voisins, comme en Allemagne ou au Danemark. Pénalisées par la faiblesse des taux d'intérêt en Europe, des banques décident de taxer les grosses sommes dormantes de leurs clients, généralement lorsque les dépôts dépassent 100.000 euros.

La banque privée suisse Lombard Odier va s'y mettre aussi pour ses clients français, une première dans l'Hexagone. Faut-il s'attendre à ce que la pratique se généralise ? "Je crois que les Français peuvent dormir tranquille" tempère Frédéric Oudéa, directeur général de Société Générale et président de la Fédération bancaire française (FBF), invité sur le plateau de Good Morning Business, ce jeudi.

Uniquement pour les grosses sommes

"Je ne pense pas qu'on verra une taxation des dépôts du client lambda – vous avez 1000 euros, 2000 euros sur votre compte courant (…) Et de ce point de vue, je trouve que la décision de la Banque centrale européenne de ne pas taxer justement une partie de nos dépôts aide à cela", a-t-il expliqué

"En revanche, ce que certaines banques commencent à envisager, c'est de dire: si vous êtes un client d'une banque privée et que vous avez 500.000 euros sur votre compte - vous voyez bien que la plupart des clients n'ont pas cela – et que vous dites : c'est mieux de le garder comme ça, là peut-être" on peut "envisager de taxer" précise-t-il. "Toutes les banques réfléchissent à cela sur des clients qui sont des professionnels en fait, pas des clients lambda."

Thomas Leroy